L’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, condamné à la prison "à vie"





lancien-president-de-lassemblee-nationale-guillaume-soro-condamne-a-la-prison-quota-viequot


Le tribunal criminel d’Abidjan a condamné l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, à la prison à perpétuité à l’issue de l’audience tenue ce mercredi, au tribunal d’Abidjan.

Il a été reconnu coupable de complot et tentative à tentative d’atteinte à la sureté de l’état. Son mouvement, Génération et peuple solidaire a également été dissout.

Un mandat d’arrêt est également lancé contre les accusés jugés par contumace. Il s’agit de Guillaume Soro, Affoussiatat Bamba Lamine, Zébré Souleymane, Sess Mohamed, Touré Moussa et Fofana Mohamed des mandats d’arrêt.

A lire également : Après sa condamnation et celles de ses proches, Guillaume Soro rejette le verdict de la justice ivoirienne

Quant à Affoussiata Bamba Lamine, Koné Kassaraté Souleymane, zépré Souleymane, sess Mohamed, touré Moussa, Issiaka Fofana, Kassé Kouamé Jean Baptiste, Kamagaté adama, silué Emmanuel, Bamba Souleymane, Dosso Sékou, Koné Ardjouma, Traoré Lamine, Fofana Kouakou Konan le tribunal les condamne à 20 ans d’emprisonnement.

Le tribunal condamne Lobognon Alain, Soro Simon, Sékongo Félicien et Soro Rigobert à 17 mois d’emprisonnement et 500.000 FCFA d’amende chacun. Ils sont également privés de leur droit durant 5 ans. Ils sont interdits de paraitre, au lieu, dit annexe de GPS.

Alain Lobognon et les frères Soro (Simon et Rigobert) devraient recouvrer la liberté puisqu'ayant passé plus de 17 mois en détention. Ils ont été arrêtés le 23 décembre 2019, rappelle-t-on.

Le tribunal ordonne en outre, la confiscation des armes et munitions saisies.

Les accusés, en dehors de Traoré Babou, déclaré non-coupable de complot et d’atteinte à l’autorité de l’état et à l’intégrité du territoire devront à l'Etat de Côte d'Ivoire, la somme de un milliard de FCFA de dommage et intérêt.  

Un verdict qui rejoint le réquisitoire du procureur de la République, Richard Adou.

La défense entend faire appel de cette décision qui, selon, elle, "n'honore pas notre pays".

Pour les avocats de l'Etat de Côte d'Ivoire, il s'agit d'une "très bonne décision"

Lambert KOUAME 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Election à la FIF: Ça chauffe entre les entraîneurs

Covid 19 : point de la situation de la maladie à Coronavirus du 8 mai 2020