Gervinho (Trabzonspor) ” J’arrête avec les Eléphants après la CAN 2023 ''





gervinho-trabzonspor-jarrete-avec-les-elephants-apres-la-can-2023


Yao Kouassi Gervais dit Gervinho ne compte pas arrêter de sitôt son aventure avec les Eléphants. Le nouveau sociétaire de Trabzonspor  entend disputer la CAN 2023 en Côte d’Ivoire avant de songer mettre un terme à son aventure avec la sélection ivoirienne. « J’espère que Dieu va continuer à me donner la santé jusqu’à 2023 pour atteindre mon objectif », dit-il dans cet entretien.

Quel bilan pouvez-vous faire de votre passage à Parme ?

Je retiens le côté positif. J’ai passé trois bonnes années dans ce club. Après c’est dommage pour la dernière année où je n’ai pas pu aider le club à rester en Serie A. Parme ne mérite pas de descendre en Serie B. Il y a beaucoup de choses qui se sont passées. Je pense que les dirigeants vont faire ce qu’il faut pour vite remonter en Serie A.

Personnellement, comment expliquez-vous votre baisse de régime pour votre dernière année ?

Ce sont des choses qui arrivent dans la vie de tout footballeur. Je ne vais pas revenir sur tout ce qui s’est passé. Parce, j’ai vécu de belles choses à Parme. Et je pars, très satisfait de mon passage dans ce club.

A bientôt 34 ans  Gervinho part à Trabzonspor. C’est pour quel challenge ?

Je pense que c’est toujours sportif. Il y avait une forte demande du club depuis quelques temps. Il y a eu un bon projet qui a été expliqué et présenté. C’est ce projet sportif qui m’a séduit. Donc, je pars pour un nouveau, un autre défi et surtout pour une belle aventure. Je ne vais pas  des vacances en Turquie.  A 34 ans, j’estime que je peux apporter beaucoup à cette équipe du Trabzonspor.

Vous comptez jouer encore jusqu’à quel âge ?

Je ne connais pas encore mes limites. Je ne pensais même pas jouer jusqu’à cet âge-là. Etre encore dans un top club à cet âge, c’est vraiment une fierté pour moi. On ne doit pas vite nous mettre au garage. Tant que Dieu me donnera la force, je vais continuer à jouer au football.

Quels sont  les objectifs que vous vous êtes fixés avec votre nouveau club ?

C’est d’abord aller chercher le titre et faire une belle campagne européenne. Je veux gagner de nombreux titre avec le Trabzonspor.

Parlons des Eléphants. Aujourd’hui le sélectionneur national fait confiance aux jeunes. Ne vous sentez-vous  pas menacé?

Je ne me sens pas menacé. D’ailleurs, je suis même content pour ces jeunes qui intègrent le groupe. Je suis encore plus heureux parce que la relève sera bien assurée après nous. Avec ces nombreux jeunes qui frappent à la porte de la sélection, on ne connaîtra pas les problèmes qu’on a eus avant. Après 10 à15 ans passés dans cette sélection, c’est un plus quand je reviens. Je suis arrivé jeune en sélection et j’ai pu prendre la place de certains anciens. Je ne dois pas m’inquiéter parce qu’il y a des jeunes qui arrivent.

Comment ça ?

A l’époque je me suis battu pour l’avenir de Zaha dans  cette sélection alors que lui et moi jouons le même poste. J’ai toujours pensé à la Côte d’Ivoire et surtout à l’évolution de cette sélection. Je suis veux toujours  donné de la joie au peuple ivoirien.

Quand est-ce que vous comptez arrêter avec les Eléphants ?

Il y a déjà deux compétitions qui arrivent. J’espère apporter mon expérience à l’équipe. Maintenant, pour la fin de ma carrière avec les Eléphants, je compte la faire après la CAN en Côte d’Ivoire. Je pense que ça sera une belle façon pour  moi de quitter la sélection ivoirienne. Cela n’arrive pas à tout le monde. J’espère que Dieu va continuer à me donner la santé jusqu’à 2023 pour atteindre mon objectif. Ça sera le bon moment pour arrêter ma carrière internationale.

Quel est votre regard sur cette sélection par rapport aux futures échéances ?

Nous avons déjà une très belle sélection. Mais, il y a encore beaucoup de choses à corriger.

Lesquelles ?

Je pense qu’on ne doit pas s’enflammer même si l’équipe fait de bons résultats actuellement. L’entraîneur a beaucoup de joueur sous la main. Et, il y a du travail à faire pour créer une bonne cohésion dans le jeu. Il faut apprendre certaines choses aux nouveaux joueurs. On s’en sort facilement dans les qualifications, mais en phase finale, on a quelques soucis. Quant il y a des nouvelles têtes dans une sélection, on doit toujours s’améliorer.

Vous allez certainement participer à la CAN avec les Eléphants. Avez-vous déjà en tête un objectif ?

La Côte d’Ivoire ne va pas à la CAN pour participer. Quand elle va à une CAN, c’est pour gagner. On fait partie des grandes nations du football en Afrique, donc on ira pour gagner notre troisième trophée.   

Revenons avec votre club, G27. Vous êtes engagés dans une bataille juridique avec Tapé Emile. Qu’est-ce explique cette brouille ?

Je ne suis pas dans une bataille juridique avec Mr Tapé  Emile. Quand j’ai acheté le club, je l’ai  désigné pour diriger  G27. Il était question qu’il m’aide à encadrer les jeunes.  Après quand c’est son intérêt personnel qu’on met en avant, je dis non. C’est ce que j’ai essayé de changer. Tapé n’a voulu partir surtout qu’il y avait les élections à la FIF.

Pensez-vous avoir été trahi par Tapé Emile ?

On vit toujours les trahisons. Oui il  y a trahison. Après quand cela vient de quelqu’un qu’on considère  comme notre président, notre papa dans le passé, c’est dommage. Il était censé donner l’exemple aux joueurs. Et  ne devrait pas se comporter de cette façon.

Il y a une dernière décision de justice qui donne pourtant raison à Tapé….

Ce n’est pas une décision qui lui donne raison. Cette décision estime que les anciens statuts du club devraient être réadaptés. Il était donc question de garder l’ancien statut où j’ai voulu changer Tapé. Cela ne veut pas dire que le club appartient à Tapé. Il m’on dit de le laisser pour l’instant à son poste de président.

Quelle est la suite à donner à cette affaire ?

 Il n’y a pas de suite à donner. On m’a demandé de garder Tapé comme président. Mais, derrière, c’est moi le boss du club. Et je pense qu’il ne pourra pas venir faire le point avec le boss. Avec le comportement qu’il a eu, il n’osera pas  venir vers moi pour discuter de l’avenir du club. Au fond de lui, il sait ce qui se passe.

Comment ça ?

Aujourd’hui, si je décide de céder le club à Tapé, ça ne sera pas un problème. Mais, comment il va faire pour s’occuper du club et encadrer les joueurs, c’est là  qu’il y a problème. Il y a beaucoup qui ont des clubs, mais ne savent pas  comment entretenir le club et les joueurs. C’est ça le plus important. Je voulais éloigner Tapé de la direction parce qu’il a pensé à son intérêt personnel et non aux intérêts de G27.

 

Supersport

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Des manifestations anti-Ouattara signalées à Yopougon Sicogi ( photos)

Côte d’Ivoire / Festival L’Emoi du Jazz : Le Jazz à la sauce Zoblazo et Zouglou s’installe à Abidjan