Festival international de la Culture et des Arts du Département de Botro: le groupe Adjoss de Bamela fait parler de lui





festival-international-de-la-culture-et-des-arts-du-departement-de-botro-le-groupe-adjoss-de-bamela-fait-parler-de-lui


Avec les 06 titres figurant sur leur toute première œuvre discographique sortie, il y a seulement quelques mois, le groupe de chants et de danses tradi-moderne baoulé , dénommé « Adjoss de Bamela » a fait vibrer pour sa première sortie publique, des milliers de spectateurs venus à l’occasion de la 3e édition du Festival international de la Culture et des Arts du Département de Botro (Ficab). C'était les 12,13 et 14 août 2021, au stade municipal de Botro, en présence des autorités administratives, des élus et cadres ainsi que des têtes couronnées.

Avec ses six titres figurant sur leur tout premier album, le tout nouveau « bébé», qui fait sa sortie il y a seulement quelques mois, a fait parler de lui.

En tout cas, tout au long du festival, les participants n'ont pas boudé leur plaisir. Des festivaliers ont pris du plaisir à écouter et à danser au rythme des titres « A men laha, Balico, I analé Klofouê, Yao Yao, Ayoh Moh Aya et Yao ba Akissi …»

Ce groupe, unique en son genre, dans le département à être protégé par le Bureau Ivoirien des Droits d'Auteur (Burida) envisage, selon son co-producteur et manager, Kouassi Kan Augustin,  de  valoriser le riche répertoire de danse et de chants traditionnels de Botro,souhaitant à ce titre qu’on lui colle plutôt le label de " Adjoss de Botro."  Kouassi Kan Augustin qui est par ailleurs président par intérim de la Mutuelle pour le Developpement de Bamela (Mudeba) entend aller plus loin avec ce groupe en dépassant les frontières locales  à l’image du Goly de Bendekouassikro maintes fois invité hors du pays pour participer à des festivals. Ce projet, a-t-il dit, le meilleur agent des impôts 2019, ne saurait se réaliser sans le concours des fils et filles de Botro surtout de Bamela, férus de la musique traditionnelle  qui caressent le vœu de voir  l’Adjoss de Bamela devenu un groupe artistique de grande valeur.

Le Président de l’Association des Ressortissants de Bamela à Abidjan (Areba)  dit être cependant  déçu  de n'avoir pas sorti du studio avant la fête de Pâques pour permettre à ce groupe de commencer sa promotion lors de ces grandes retrouvailles en pays  baoulé. Toutefois, soutient-il que le FICAB a été une belle lucarne pour démarrer un temps soit peu cette campagne promotionnelle. "Nous avons voulu faire notre sortie en pâques mais nous n’avons  pas pu. Le FICAB a été donc une opportunité pour  faire connaître le produit. Nous avons été ravi d’avoir participé activement à ce festival " s'est réjoui  l’intérimaire de Feu N’dri Kouamé Lucien.

 

Notons que l’entrée du groupe Adjoss de Bamela en studio, est le fruit de l’initiative de Feu N’dri Kouamé Lucien, ex président de la Mutuelle pour le Développement de Bamela (Mudeba).

 

Son initiative de produire ce groupe artistique avait été soutenue en son temps par l’ensemble des membres de cette mutuelle. Malheureusement, la mort a eu très tôt raison de lui. Lucien décède le vendredi 15 Mai 2020 alors qu’il avait été promu Trésorier Général à Man dans la Région du Tonkpi.Sa mort laisse un grand vide aussi bien à Bamela, le village de ses ancêtres que dans tout le département de Botro.

 

 

GZ avec Sercom

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Décès du Premier ministre Hamed Bakayoko : Voici ce que déclare le secrétaire d’Etat américain Antony J. Blinken

Trois gros camions impliqués dans un accident à Adzopé