Affaire le ministre KKB accusé de viol : Voici comment Le président Ouattara et le premier ministre gèrent ce scandale





affaire-le-ministre-kkb-accuse-de-viol-voici-comment-le-president-ouattara-et-le-premier-ministre-gerent-ce-scandale


Le président ivoirien Alassane Ouattara et le premier ministre Patrick Achi ne sont pas restés insensibles à la situation que vit le ministre de la réconciliation nationale KKB, accusé de viol par une chanteuse camerounaise il y a quelques jours. 

En effet, selon un article publié sur le site Internet du journal panafricain "Jeune Afrique,

le président de la République Alassane Ouattara et son Premier ministre Patrick Achi gèrent l’affaire KKB. 

"Le président et le chef du gouvernement Patrick Achi avaient été informés des accusations visant leur ministre de la Réconciliation, avant que la plainte pour viol ne soit déposée. Pour l’instant, ils ont décidé de ne pas lui retirer leur confiance", a confié l’article.

A lire également:  Affaire "KKB cité dans une affaire de viol" : La ligue ivoirienne des droits de la femme prend position

L’article révèle aussi que  "le 28 septembre, alors que la plainte avait été déposée et que l’affaire était sur le point de devenir publique, Alassane Ouattara et le Premier ministre Patrick Achi, ont chacun convoqué le ministre de la Réconciliation" qui s’est longuement expliqué.

 Aussi, "après avoir entendu sa version des faits, ils ont, pour l’heure, décidé de ne pas l’exclure du gouvernement", souligne le site Internet de Jeune Afrique.

 Pour rappel,  A la suite de l’accusation portée contre lui pour viol par la victime présumée, Sophie Dencia, le ministre KKB a annoncé avoir porté plainte contre son accusatrice. Cette dernière également dit avoir porté plainte pour viol.

Solange ARALAMON

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Bamba Moriféré répond à Gon : "ce n’est pas le pouvoir qui décrète la transition"

Employabilité des personnes en situation de handicap : la Fédération propose la création d’un observatoire