Vie de couple : Une attestation de concubinage pour quoi faire ?





vie-de-couple-une-attestation-de-concubinage-pour-quoi-faire


Jusqu’à un passé récent, de nombreuses personnes ignoraient encore l’existence de l’attestation de concubinage. Pourtant, c’est un document qui existe depuis longtemps dans plusieurs pays. En France par exemple, il est nommé certificat de vie commune ou de concubinage. En Côte d’Ivoire, ce document est méconnu, volontairement ou involontairement (il faut reconnaître que le concubinage n’est pas bien perçu surtout par la gente féminine). Tout le monde préférant légaliser sa situation matrimoniale devant un officier d’état-civil.
L’attestation de concubinage est, comme son nom l’indique, un document attestant ou prouvant que deux personnes mènent une vie de couple même si elles ne l'ont pas officialisée. Il permet donc d’attester de l’existence du concubinage.
De manière physique, c’est une lettre écrite datée et signée sur l’honneur par les deux concubins et dans laquelle ceux-ci déclarent leur situation de concubinage. Dans la plupart des cas, c’est un document demandé par des organismes ou entreprises en vue de la constitution de dossiers de prestations tels que les prestations familiales, l’aide au logement, les remboursements de soins, etc.
Comme l’acte de mariage, l’attestation de concubinage est établi à la mairie du domicile des concubins. Les demandeurs doivent fournir une pièce d’identité (carte nationale d’identité, passeport, carte de séjour, etc.), une attestation rédigée revêtue de la signature des concubins, payer les fais de timbre (500 f CFA par copie), etc.
C’est donc un document qui n’est pas « inutile » comme le pensent les adeptes du mariage légal. C’est une reconnaissance de la vie commune afin de bénéficier de certains avantages par l’un ou l’autre des concubins. Mais les concubins ne bénéficient pas des mêmes droits que lorsqu’ils contractent un mariage légal. Surtout en matière de succession.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Ouattara pris à son propre piège

Carême catholique : Des vivres et des non vivres à l’Eglise Saint Raphaël de Sikensi