Le projet “Tantie bagage” lancé pour lutter contre le travail dangereux des enfants à Aboisso





le-projet-tantie-bagage-lance-pour-lutter-contre-le-travail-dangereux-des-enfants-a-aboisso


Le village SOS a lancé le projet “Tantie Bagage” qui fait allusion aux enfants portefaix dans les marchés en vue de lutter contre le travail dangereux des enfants  à travers un atelier d’orientation tenu mercredi 26 janvier 2022, à Aboisso.

Pour le manager du village SOS d’Aboisso, Dieudonné Kouamé Nafiassou, cette initiative s’inscrit de manière globale dans le  projet d’appui à l’autonomisation des jeunes filles et garçons travailleurs issus des communautés vulnérables par la biais de l’éducation scolaire, d’un apprentissage allant à leur installation socio-professionnelle dans le département d’Aboisso. L’exécution de ce projet se fera avec toutes les parties prenantes.

Il s’agira donc, a fait savoir M. Kouamé, d’identifier les enfants en situation actuelle de travail dangereux afin d’apporter une réponse adaptée à leur situation et leur permettre d’être là où ils doivent être.  Certains seront réinsérés dans le cursus scolaire, d’autres seront accompagnés, selon leur âge pour une formation pratique.

Ce projet va donner l’occasion à ses enfants de faire connaissance avec les  TIC dans leur apprentissage à travers des tablettes offertes à tous les participants afin de leur permettre de se former dans leurs domaines respectifs.

L’atelier de lancement a donc permis de présenter le projet, d’identifier les domaines de travail dangereux dans lesquels exercent ces enfants à Aboisso et de distribuer les fiches d’identification aux différentes structures concernées qui devront les rendre deux semaines après afin de permettre à la commission de siéger et de choisir la soixantaine d’enfants bénéficiaires du projet.

Le projet « Tantie bagage » a déjà soustrait des marchés d’Abidjan-Abobo et de Yamoussoukro 200 jeunes filles (95 du marché d’Abobo et 105 du marché de Yamoussoukro) du métier de portefaix estimé inadapté à leur âge (06 à 17 ans), a-t-on appris.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Guillaume Soro : "Dieu n’a pas encore dit son dernier mot"

Mode: "L'Esprit Niamien" en marche