Côte d’Ivoire / Cybercriminalité : Les experts ivoiriens informés sur la Convention de Budapest





Côte d'Ivoire,Cycriminalité,Convention de Budapest


En attendant la prise de la décision par l’État de Côte d’Ivoire de ratifier la convention de Budapest sur la cybercriminalité, des experts ivoiriens se sont réunis, à Abidjan, dans le cadre d’un atelier d’information.
Le ministre de l'Économie numérique et de la Poste, Isaac Dé, au cours de la cérémonie d’ouverture, a passé en revue les mesures prises par le gouvernement et les textes adoptés pour lutter efficacement contre la cybercriminalité. Il a marqué la volonté de l’État ivoirien de lutter fortement contre ce fléau par son adhésion à des conventions régionales et africaines notamment à la directive de la CEDEAO et à la Convention de l’Union africaine. C’est pourquoi, il a exhorté les participants à aborder la question de façon globale en prenant en compte tous les aspects.
" Nous n’avons pas d’autre choix que de relever les défis", a considéré le secrétaire exécutif du Comité de la Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe, Alexander Seger. Surtout, dans un contexte où les TIC sont utilisées dans tous les aspects de la vie.
La Convention de Budapest est le premier traité international qui tente d’aborder les crimes informatiques et les crimes dans Internet en harmonisant certaines lois nationales, en améliorant les techniques d'enquêtes et en augmentant la coopération entre les nations et la protection adéquate des droits de l'homme et des libertés en application de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ou d’autres instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, et qui doit intégrer le principe de proportionnalité.

Modeste Koné

En lecture en ce moment

L’anacarde est la culture pérenne pour laquelle l’État ivoirien a moins investi (Producteurs)

La ‘’gifle’’ de Thérèse Houphouët-Boigny à Bédié