Téléphone au volant : voici quand il y a infraction, selon le commissaire Ange Kessi





telephone-au-volant-voici-quand-il-y-a-infraction-selon-le-commissaire-ange-kessi

Ange Kessi Kouamé a éclairé la lanterne de nombreux citoyens



Le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé, dans une publication sur les réseaux sociaux, a clairement expliqué à quel moment l'usage du téléphone au volant est une infraction. Compte tenu du cas pratique qu'il a relaté et pour éviter de dénaturer son récit, pressecotedivoire.ci vous propose en intégralité son texte qui devrait lever toute mauvaise interprétation quant à l'usage du décret en question.

 

L’attention au volant

 

En partance pour Treichville par la bretelle de l’INJS, je suis descendu de mon véhicule pour comprendre une vive altercation entre un agent de la police nationale et un automobiliste occasionnant un immense bouchon et un regroupement de badauds.

J’ai compris selon les différentes explications que l’agent de police venait de verbaliser l’automobiliste pour conduite avec le téléphone au volant et que celui-ci ne voulait pas payer la contravention au motif selon lui, qu’il a activé le haut-parleur, et qu’il conduisait les deux mains sur le volant. Pour lui, il n’avait pas le téléphone dans les mains et donc l’infraction ne lui est pas imputable.

Je voulais couper court à cette discussion, car s’il y a une chose dont j’ai horreur, c’est de voir des agents de police échanger bruyamment avec des civils et entourés par des badauds amusés.

J’ai donc payé les dix mille francs que l’agent de police lui a donné comme contravention, mais pour mieux comprendre le décret, j’appelle un collègue pour être bien situé pour ne pas me tromper, et je crois qu’il n’y a pas de honte à cela.

‘’Dis – moi, le décret qui réprime le téléphone au volant est-il applicable à quelqu’un qui conduit avec ses deux mains, et qui a les kits mains libres genre micro ou Bluetooth ? ’’

‘’ Non mon Commissaire ! Ce que le décret punit, ce n’est pas tant le téléphone à la main, mais le fait que votre attention soit détournée par la communication, vous n’êtes plus concentré sur la conduite et que vous constituez un danger pour tous, aussi bien pour ceux qui devant que ceux qui vous suivent.

Ce que le texte vise ; c’est de garder la vigilance au volant pour ne pas causer d’accident ; celui qui parle au volant, même s’il n’a pas le téléphone à la main, ni sur le volant, est distrait pas la communication ‘’

OK si j’ai bien compris, on ne doit pas être distrait au volant. Dis-moi, et le chauffeur qui discute avec le passager à côté, comme un taximètre ‘’ kpakpato ‘’ ?

Il arrive également que pendant la conduite, notre attention soit distraite et détourné par un sujet passionné qui nous occupe avec des amis ou des parents dans la voiture. Alors si un policier voit cela, il peut le verbaliser ?

Parce que tout ça participe à déconcentrer le chauffeur et il arrive même que le chauffeur s’énerve au volant ou gesticule de joie avec des passagers pendant qu’il conduit, et cela peut détourner leur attention ou leur vigilance au volant.

‘’ Non mon Commissaire ! En matière pénale, l’interprétation est stricte : le décret parle du téléphone au volant et ne fait pas allusion à autre chose. ‘’

Ce qu’il faut comprendre, c’est que : 

Ce que le décret punit, ce n’est pas tant le téléphone à la main étant au volant, mais, le fait que votre ATTENTION SOIT DÉTOURNÉE PAR VOTRE COMMUNICATION en situation réelle de conduite.

Alors chers automobilistes, évitons d’être verbalisés, si nous devons passer un coup de fil ou répondre à un appel téléphonique, marquons un arrêt pour le faire parce qu’il faut GARDER LA VIGILANCE AU VOLANT pour ne pas causer d’accident.

 

Excellente semaine chez vous !

En lecture en ce moment

Une augmentation de 41% des discours haineux sur la toile en une semaine (Observatoire)

Côte d’Ivoire/Covid 19 : Une prime de 50.000 versée à chaque acteur de la santé et force de Défense et de Sécurité