Crise au SYNAPE-CI : Alors qu’une médiation est en cours, le président du congrès invite à la reprise des travaux, le bureau exécutif national dit non





crise-au-synape-ci-alors-quune-mediation-est-en-cours-le-president-du-congres-invite-a-la-reprise-des-travaux-le-bureau-executif-national-dit-non


Le 13e congrès ordinaire du syndicat national du personnel d’éducation de Côte d’Ivoire (SYNAPECI) convoqué le 26 mars 2022 à Yamoussoukro a été reporté pour « préserver l’intégrité physique des congressistes mais surtout éviter l’implosion du syndicat ». En vue de recoller les morceaux, le secrétaire général national du Syndicat, Boukari Kouadio dit avoir saisi le président de la centrale plateforme nationale, Zadi Gnagna pour mener une médiation.

Alors que médiation suit en cours, le président du congrès invite à la reprise des travaux, chose que condamne le secrétaire et qualifie d’action subversive.

Ci-dessous, l’intégralité de sa déclaration

DECLARATION DU SYNAPE-CI

1-   Les faits

Le 13ème Congrès du SYNAPE-CI prévu pour se tenir le 26 mars 2022 n'a pu aller à son terme à cause de plusieurs facteurs malheureux à savoir, coupure de l'électricité, gaz lacrymogène, forte pluie et surtout atmosphère électrique.

Sur saisine du Secrétaire General National, le Président de la Plateforme Nationale, notre Centrale syndicale, a entrepris une médiation depuis 05 Avril 2022.

Le 10 mai 2022 un compte rendu à mi-parcours a été fait.

Une proposition de consensus a été soumise aux différentes parties par le Président de la Plateforme Nationale, médiateur.

Alors qu’il attendait la réponse à cette proposition, un courrier du camarade ADRO, Président du congrès en date du 12 Mai 2022, adressé au médiateur et au Secrétaire Général National vient inviter à la reprise des travaux pour le 28 Mai 2022 à Yamoussoukro.

2-   Notre analyse

Au moment où la médiation du Président de la PFN suit son cours, les différentes parties sont surprises par un courrier du Président du congrès annonçant l’échec de la médiation.

De plus, au regard des textes, un Président de congrès ne peut nullement convoquer un congrès. Cette prérogative est réservée exclusivement au Secrétaire Général National (Article 20 alinéa 1 des statuts) ou à défaut au Bureau Exécutif National, au Bureau du Conseil d’Administration, aux 2/3 des Secrétaires Généraux de Région, aux 2/3 des Secrétaires Généraux de section (Article 20 alinéa 2 des statuts).

La convocation pour la reprise du Congrès faite par le camarade ADRO est illégale et en violation flagrante des textes.

3-     Notre position

De ce qui précède, le Bureau Exécutif National du SYNAPECI :

1-  Félicite le médiateur, le Président de la Plateforme Nationale et l’assure de sa totale confiance ;

2-  Condamne cette action subversive menée par le camarade ADRO et le tient responsable de tout ce qui pourrait advenir ;

3-  Invite le bureau du Conseil d’Administration à prendre toutes les dispositions nécessaires pour garantir le respect des textes ;

4-  Se réserve le droit d’intenter toutes actions légales pour faire respecter l’intégrité du SYNAPECI ;

5-  Invite le Président du congrès à se conformer aux textes ;

6-  Invite les militants au calme et à la sérénité et à rester à l’écoute de leur direction nationale.

Tous ensemble pour un SYNAPECI plus fort.

Pour le Bureau Exécutif National

Le Secrétaire Général

BOUKARI KOUADIO

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 24 avril 2019

Coupe Ufoa : Les Eléphants locaux tombent face au Ghana en demi-finale