CAN 2023 : Une grosse menace plane sur la compétition





can-2023-une-grosse-menace-plane-sur-la-competition

La CAF que dirige le président Patrice Motsepe aurait-elle du accepter de déplacer la CAN de janvier à juin?



La prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2023 se jouera, en Côte d’Ivoire, du 23 juin au 23 juillet 2023. Pour la première fois donc, cette compétition ne se déroulera pas au mois de janvier. Si le pays organisateur, les instances dirigeantes du football continental et les nations qui y participeront, se préparent activement pour la réussite du plus grand événement sportif africain, il faut reconnaître qu’une menace, et non des moindres, plane sur la compétition.
En effet, jusque-là, la Can s’était toujours jouée en janvier. Mais les dirigeants du football mondial et africain ont décidé de la déplacer au mois de juin pour, selon la version officielle, pérenniser la compétition phare en dehors des dates de la saison des clubs. Mais, en réalité, c’est sous la pression des grands clubs européens qui ont besoin de leurs pépites africaines à cette période, que la Confédération africaine de football (CAF) a cédé. Tout en sachant que les mois de juin et juillet ne sont pas opportuns pour une compétition de cette envergure.
Dans le cas de la Côte d’Ivoire (puisque c’est elle qui abritera la prochaine édition de la CAN), il ne faut pas oublier que les mois de juin et juillet coïncident avec la saison des pluies. Pour être plus clair, on distingue 4 saisons dans le pays. D’abord la grande saison des pluies qui part d’Avril à la mi-juillet, avec de fréquentes précipitations et de nombreux orages. Suivent la petite saison sèche (mi-juillet à Septembre) et la petite saison des pluies (septembre à novembre). Enfin la grande saison sèche qui part de décembre à mars.
Comme on peut le constater, la CAN se jouera du 23 juin au 23 juillet 2023, donc en pleine grande saison des pluies. Si l’on n’y prend garde, des matchs risquent de ne pas aller à leur terme, la beauté du spectacle sera altérée, etc.
Pour cette année seulement, le directeur de la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (Sodexam), Daouda Konaté, a annoncé, au cours d’une conférence de presse, que les pluies atteindront des niveaux supérieurs à 800 mm pour le Nord-Ouest et à 640 mm pour le Sud-Est du littoral de la Côte d’Ivoire, sur la période allant de juin à août 2022. Quand on sait que, avec les changements climatiques, les saisons des pluies sont de plus en plus violentes et longues, il y a de quoi s’inquiéter.
Le réel péché des dirigeants du football africain, est d’avoir accepté de jouer le jeu des grands clubs et des fédérations européens qui, en imposant cette date au continent noir, s’assurent d’avoir leurs meilleurs joueurs africains dans leurs rangs aux moments décisifs. Ils sont ainsi plus à l’aise de les libérer quand se joue l’Euro, donc à une période où ils n’en n’ont pas besoin. En clair, l’UEFA Euro se joue dans les mois de juin et juillet. C’est en été et il ne pleut pas. Ainsi donc, la compétition se joue sans intempéries et les championnats connaissant une pause, ils n’ont donc pas besoin des joueurs africains en club.
Au total, en voulant faire plaisir aux grands clubs, la CAF permet aux clubs européens de garder leurs joueurs africains, contribuent indirectement à la réussite de l’UEFA Euro mais tue dans le même temps sa plus prestigieuse compétition. Ce qui est dommage.

A lire aussi Le match Africa Sports- Stade d'Abidjan interrompu et reporté au mardi

Modeste KONE

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le Grand Hospitalier de l'Ordre Souverain de Malte séduit par la qualité de l’hôpital Mère-Enfant de Bingerville

Communiqué du Conseil des Ministres du mardi 18 décembre 2018.