Introduction de modules de formation sur la lutte contre la corruption dans les curricula : les ministres impliqués s’imprègnent du projet de la HABG





introduction-de-modules-de-formation-sur-la-lutte-contre-la-corruption-dans-les-curricula-les-ministres-impliques-simpregnent-du-projet-de-la-habg


La Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (HABG) a présenté, le jeudi 22 décembre 2022 à Abidjan-Cocody, son projet d’introduction de curricula et modules de formation relatifs à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées dans l’enseignement aux ministres impliqués.

L’objectif de cette présentation est, non seulement que les émissaires du Gouvernement s’en imprègnent, mais surtout qu’ils renforcent le plaidoyer auprès de l’Exécutif en vue de faire de l’Éducation à la Lutte contre la Corruption (ELC), une discipline à part entière dans tout le système éducatif ivoirien.

Le projet a fait l’objet d’une rencontre du président de la HABG, N’Golo Coulibaly, avec les ministres de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, N’Guessan Koffi, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, de la Fonction publique, Anne Désirée Ouloto, les représentants respectifs de la ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, et du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme.

Au nom du président de l’institution, le secrétaire général de la HABG, Henri Augustin Aka, a indiqué que la HABG a tenu cette rencontre dans le projet pour « les informer de la volonté de la HABG d’aborder cette question avec les élèves du préscolaire, du primaire, du secondaire, de l’enseignement technique, du supérieur et des écoles de formation des fonctionnaires et agents de l’État ».
« La Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance entend éduquer et sensibiliser la population sur les conséquences de la corruption, conformément à sa mission de prévention et de lutte contre ce fléau. Pour y parvenir, il importe de mener des actions à impact réel sur les différentes cibles, notamment les apprenants, en vue de transformer à la base leur mentalité, pour plus de responsabilité, d’équité et de transparence, quand ils auront la charge demain, de gérer la chose publique », a expliqué Henri Augustin Aka.
Tout en se félicitant de l’initiative de la HABG, le porte-parole des ministres, N’Guessan Koffi, a salué la qualité du travail abattu par les experts pour l’éducation. Il a, par ailleurs, souhaité que ces curricula et modules de formation soient introduits dans le programme de l’Institut pédagogique national de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (IPNETP) qui a plusieurs filières. Cela, a-t-il justifié, « pour amener les enseignants à comprendre et à être performants ».
Le ministre a également proposé de voir la faisabilité au niveau des autres filières, comment spécialiser les enseignants et prendre des mesures afin que le Gouvernement débourse moins d’argent dans ce projet.
Le projet d’introduction de curricula et modules de formation sur la lutte contre la corruption et les infractions assimilées dans l’enseignement a été lancé, le 18 juillet 2019, et son expérimentation a démarré depuis l’année 2021 à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), à l’École* de la Magistrature et à l’Ecole des Greffes à Yamoussoukro.  

gouv.ci

 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Super Ligue 2 : Retour du Lys de Sassandra et du CO Korhogo en Ligue 1

Match amical Côte d'Ivoire-Togo : les Eléphants déjà au travail