Essis Esmel Emmanuel (Secrétaire d’Etat chargé de la promotion de l’investissement privé) : ‘’ Le privé ne s’exprime pas dans un environnement instable et flou’’





Essis Esmel Emmanuel,Cepici,Secrétaire d'Etat chargé de la promotion de l'investissement privé,press-club,unjci,novembre 2018


Deux semaines après le ministre Touré Mamadou, le Secrétaire d’Etat auprès du premier ministre chargé de la Promotion de l’investissement privé, Essis Esmel Emmanuel,  était face à la presse nationale et international,  ce vendredi,  dans le cadre du press-club organisé par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI).

Il a, dans ses propos, expliqué que  la Côte d’Ivoire a d’énormes potentialités en matière d’investissement qu’elle pourrait déployer et s’est félicité pour l’effort déjà consenti. ‘’ Nous avions une croissance économique moyenne de 6 à 7% il y a 7 ou 8 ans . Aujourd’hui, nous sommes aujourd’hui entre 20 et 22% d’investissement. Cela est une grande avancée pour notre pays’’, a-il affirmé, avant d’expliquer que la Côte d’ivoire a les moyens d’aller plus loin.

‘’Nous sommes encore loin de nos potentialités parce que nous devons normalement être autour de 1 à 2 milliards de dollars et on peut  y arriver. Pour cela, Il faut que l’environnement soit propice à l’investissement privé, qu’il y ait une facilitation qui permettre de fructifier son investissement’’, a-t-il déclaré.

Cependant, selon le conférencier,  l’environnement politique et sécuritaire met à mal  ces potentialités. ‘’Le privé ne s’exprime pas dans un environnement instable et flou’’, a-t-il révélé.

Il interpelle donc les Ivoiriens afin qu'il mettent tout en œuvre pour créer un environnement propice car, pour lui, l’investissement précède la croissance économique et il ne peut pas y avoir de croissance économique sans investissement.  

Il a promis donc de tout mettre en œuvre pour que la Côte d’Ivoire soit effectivement un pays émergent en matière d’investissement.

‘’La Côte d’ivoire, en terme d’investissement direct  étranger (IDE)  a attiré près de 650 millions de dollars alors qu’il y a 6 ans, on était à peine à 150 millions de dollars. C’est pourquoi, je suis convaincu que la Côte d’Ivoire est capable d’être émergente. Une fois que ce secteur sera en possession de l’activité économique, nous allons le traduire en création d’emplois,  en mieux être de l’Ivoirien, en offres plus importante en biens de qualité  à des prix abordables’’, a-t-il ajouté.

Pour ce faire, il s’est donné pour mission, avec  des structures sous sa tutelle, telles que le Centre de promotion des investissements en Côte d'Ivoire (CEPICI) et l'Institut ivoirien d'entreprise (INIE),  de coordonner l’action gouvernementale en matière d’attractivité de notre pays pour que l’investissement privé s’exprime.

Avant lui, au nom du président de l'UNJCI, le vice-président Okoué Laurent a dit la joie des journalistes de recevoir cet illustre invité dans cette tribune.

  Solange ARALAMON

 

 

 

 

En lecture en ce moment

Election municipale partielle à Grand-Bassam : 3 candidats dans le starting block

Football / Coupe de la Ligue : l'Afad bat l'Africa et rejoint le Lys de Sassandra en finale