Notre Voie : le directeur général débarqué





notre-voie-le-directeur-general-debarque


Armand Koko Konan, directeur général de la Refondation S.A, société éditrice du quotidien Notre Voie, a été débarqué. Le courrier, signé du secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), Issiaka Sangaré, informant ce dernier de ce qu’il a été démis de ses fonctions, lui a été transmis depuis mercredi 12 juillet 2023. L’information nous a été confirmée par le concerné lui-même.

« Je confirme », a soutenu Armand Koko. Qui révèle en même temps : « De toutes les façons, je faisais un travail bénévole. Plus personne n'avait accès aux ressources. La priorité est donnée à l'impression du journal et aux salaires. Plus de 400 000 000 FCFA d'arriérés de salaire ». Dans ses révélations, il a continué pour dire : « Avec une dette de 160 000 000 FCFA. C'est une société en faillite que j'ai voulu aider à relever ».

Selon lui, les ressources n'excèdent pas 50 000 000 FCFA et proviennent uniquement des loyers, pendant que, rien que les salaires, font plus de 100 000 000 FCFA/an. « Il faut du temps pour redresser une telle société. Je ne peux prévoir des royalties à des fainéants se disant membres du Conseil d’administration », nous a-t-il confié.

Selon des informations proches du Front populaire ivoirien (FPI) dont Notre Voie est le journal officiel, c’est le directeur des rédactions, Guillaume Tonga Gbato, qui serait pressenti pour occuper le poste de directeur général.

Joint par téléphone, ce dernier a certes confirmé le limogeage d’Armand Koko, mais dit ne pas être informé de son éventuelle nomination. « J’étais à Danané en mission. Je ne suis rentré qu’avant-hier. Hier, je suis passé déposer mon compte-rendu de mission. J’ai effectivement appris ce matin (NDLR : jeudi 13 juillet 2023) que le DG a été limogé. Quant à une éventuelle nomination me concernant, je n’en ai aucune connaissance », a déclaré l’actuel directeur des rédactions.

Des agents de la Refondation S.A que nous avons joints, disent être informés de ce que le directeur général a été débarqué. Selon eux, cette décision est l’œuvre de Guillaume Gbato qui lorgnerait depuis longtemps ce poste et, pensent-ils, aurait tout mis en œuvre pour parvenir à ses fins. Surtout que, révèlent-ils, le directeur des rédactions n’a jamais pardonné à Armand Koko de ne l’avoir pas soutenu dans l’affaire « détournement des 3 millions FCFA de la première Dame destinés aux agents de la Refondation S.A ».

Pour eux, le secrétaire général adjoint du FPI chargé de la communication et du marketting politique étant dans les bonnes grâces du président du conseil d’administration, cette mesure de licenciement ne les étonne donc pas. Cependant, ils soutiennent que Guillaume Gbato n’est pas l’homme de la situation au regard, assurent-ils, « de son passé sulfureux » à Notre Voie et au Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI) où, insistent-ils, il a été éclaboussé par des scandales financiers.

L’un des agents s’étonne même que Guillaume Gbato veuille aujourd’hui occuper le poste de DG. Lui qui, nous apprend-il, déclarait en novembre 2021, lors d’un séminaire sur la communication du FPI organisé à la fondation Mémel Foté : « Il faut laisser la rédaction aux journalistes et la gestion aux gestionnaires ».

Avec cette décision, allons-nous vers un bras de fer travailleurs - Conseil d’administration de la Refondation SA ? Les jours à venir nous situeront.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Burkina–Procès Sankara : le film des évènements selon un chauffeur du commando

Revue de presse du lundi 12 octobre 2020 '' Bedié humilié au Felicia ''