Présidence du PDCI-RDA : le Conseil de Guikahué met en garde le comité électoral





presidence-du-pdci-rda-le-conseil-de-guikahue-met-en-garde-le-comite-electoral


Le Conseil du secrétaire exécutif en chef, Maurice Kakou Guikahué, qui a vu son dossier de candidature à la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) rejeté, a mis en garde, le Comité électoral contre toute utilisation du nom et de l’image de son client au congrès électif du 16 décembre 2023.

« Je voudrais saisir l’opportunité pour mettre en garde ceux qui gèrent le processus parce qu’il nous revient de sources bien introduites et de façon aussi récurrente que le nom et l’image du Pr Maurice Kakou Guikahué seraient déjà inscrits sur des bulletins de vote. Nous les mettons en garde que s’ils le font, malgré la position du candidat Maurice Kakou Guikahué, nous serons obligés de nous pourvoir en justice pour préserver son image et son nom », a prévenu, face à la presse ce mercredi 13 décembre 2023, Me Honoré Kouoto-Atabi du Conseil de Maurice Kakou Guikahué.

Le Comité électoral, selon le candidat Guikahué, a rejeté sa candidature pour la simple raison qu’il est sous contrôle judiciaire. Une décision qui n’est pas du goût de M. Guikahué et de sa direction de campagne qui croient savoir que le contrôle judiciaire n’est pas une condamnation.

Ils en veulent pour preuve, le fait qu’il soit élu député à l’Assemblée nationale malgré cette restriction. 

Après que la décision de rejet de sa candidature lui a été notifiée de façon verbale, Maurice Kakou Guikahué dit avoir pris acte tout en décidant de ne pas trimbaler son parti devant les tribunaux pour « l’injustice » qui lui est faite.

Tout en respectant cette décision, le conseil entend aller plus loin : « Notre posture initiale, c’est de ne pas traduire le PDCI devant la justice pour l' « injustice » qui est faite à M. Guikahué. Maintenant, l’utilisation de son nom, de son image dans le processus électoral constitue de la provocation et du mépris. C’est quelque chose qu’on ne peut pas tolérer », a prévenu le juriste.

Pour lui, si le Comité utilise le nom et l’image de son client, il va se trouver des malins qui vont mettre quelque croix dans sa case pour dire à la fin que M. Guikahué n’a obtenu que tel nombre de voix alors qu’il n’est pas candidat. Pas parce qu’il s’est retiré, mais parce qu’il a été évincé.

« Il n’est pas candidat. Il a été éliminé, il n’est pas question que son nom et son image soient associés au processus électoral. Nous allons donc faire injonction aux animateurs du processus de ne pas utiliser son nom. Maintenant, s’ils le font, c’est qu’ils auront créé les conditions pour qu’on se retrouve là où justice peut se faire. Sinon, pour l’instant, on n’est pas dans cette posture », a-t-il martelé.

A 72 heures de ce congrès extraordinaire électif, la commission chargée de l’élection n’a pas encore rendu publique, la liste des candidats retenus.

Toutefois, l’honorable Marius Konan, porte-parole de M. Guikahué, a assuré que son champion sera bel et bien présent à ce congrès et y assurera son devoir.

Le congrès extraordinaire devant permettre d’élire le successeur du président Henri Konan Bédié, décédé le 1er août 2023 se tient le 16 août, à Abidjan.

Lambert KOUAME   

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Point de la situation de la COVID-19 au 04 juin 2021: 46 nouveaux cas enregistrés

Biennale internationale de la danse en Côte d'Ivoire : Le compte à rebours enclenché