La lettre de Gnamien Yao à Ahoussou Jeannot : "nous nous inquiétons du mauvais sort qu’on a pu vous jeter"





lettre de Gnamien Yao à Ahoussou


A mon Grand-frère Jeannot AHOUSSOU KOUADIO

Monsieur le Président du Senat,

Vice-Président du PDCI-RDA,

Président des cadres et élus du Grand Centre membres du PDCI-RDA,

Membre du Bureau Politique du PDCI-RDA,

Très cher Grand-frère

Je lis avec beaucoup d’attention et d’intérêt vos déclarations, vos nombreuses déclarations, assorties de vos menaces de faire imploser le PDCI-RDA à partir du pays Baoulé, au simple motif que vous avez décidé volontairement de ne pas être de l’aventure 2020, aux côtés du Président Henri Konan BEDIE, dont tout prouve qu’il sera le candidat du PDCI-RDA à l’élection présidentielle de 2020 au terme de la prochaine Convention devant élire notre candidat, le Candidat du PDCI-RDA à ladite élection.

Je lis aussi avec beaucoup d’amusement cette fois-ci votre désir de ne pas partager certains choix stratégiques et tactiques du PDCI-RDA et de son Président, le Président Henri Konan BEDIE, et de le dire malheureusement sur la place publique comme vous nous l’aviez formellement déconseillé en son temps.

Toute chose que vous avez bruyamment et durement condamnée tout au long de vos seulement 20 ans de présence active aux côtés du Président Henri Konan BEDIE et dans les instances décisionnelles du PDCI-RDA, et nous nous comprenons très bien.

Du haut de mes 36 ans de « compagnonnage », sans flagornerie, ni mensonge, toute modestie mise à part, avec le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, je peux affirmer que votre posture actuelle n’aura aucun effet négatif sur la cohésion du PDCI-RDA en général, et en particulier dans le pays baoulé, pour la raison évidente que c’est vous qui devez au PDCI-RDA et non le contraire. Là aussi, nous nous comprenons très bien.

Je viens en tant que votre jeune frère, mais aussi, en tant qu’ancien collègue de gouvernement, mais surtout en tant qu’ancien bénéficiaire de vos conseils avisés et parfois très menaçants, de vos soutiens décisifs, et de vos châtiments (nous nous comprenons, là aussi), je voudrais humblement vous rappeler qu’il ne sert à rien de continuer vos sorties publiques contre le PDCI-RDA et son Président, le Président Henri Konan BEDIE, parce qu’en vérité votre voix est inaudible pour la simple raison qu’il s’agit de vous et non de quelqu’un d’autre.

A vrai dire, personne ne comprend ce qui vous arrive, parce que tous autant que nous sommes, nous nous inquiétons du mauvais sort qu’on a pu vous jeter pour vous éloigner de ce grand destin qui aurait pu être le vôtre si vous aviez accepté de porter votre croix, si croix il y a, comme je l’ai fait une décennie durant, abandonné de tous y compris malheureusement vous-même, parce que soupçonné de collaboration très poussée avec le Président Laurent GBAGBO.

Moi, de loin votre jeune frère, aux moyens nettement ridicules à côté de ce dont vous disposez, grâce au PDCI-RDA et à son Président, le Président Henri Konan BEDIE et qui vous permet de résister, de tenir ferme e bon, de plier sans rompre, et d’inscrire toutes vos actions et projets dans la durée.

Grand-frère, quand on est vice-Président du PDCI-RDA, et qu’on se sent PDCI-RDA, on ne part pas, on combat au sein du Parti, on fait des propositions  au sein du Parti, on convainc ou on ne convainc pas, on se soumet aux mesures disciplinaires du PDCI-RDA et on purge sa peine à l’intérieur du PDCI-RDA, le temps qu’il faut, bref, toujours est-il que celui qui part parce qu’il est minoritaire par ses idées au sein du PDCI-RDA cesse d’être PDCI-RDA. Avez-vous cessé d’être PDCI-RDA ? Si tel est le cas, quels mérites avez-vous, après avoir sanctionné ceux qui hier ont fait des choix que ne partageaient pas la majorité des militants du PDCI-RDA dont vous ! Et ces personnalités sont légion !

Grand-frère, Etes-vous, honnêtement plus militant qu’eux ? Avez-vous reçu du PDCI-RDA et son Président, le Président Henri Konan BEDIE, moins qu’eux ?

Vraiment, si vous partez, en cessant d’être PDCI-RDA, sachez qu’aucun d’entre nous n’ira avec vous dans cette aventure, même pas, nous vos parents. C’est vrai pour le PDCI-RDA, c’est vrai pour tous les autres Partis.

C’est pour donner une chance de vous racheter que je vous invite à un débat contradictoire public à la maison du PDCI-RDA, notre maison à tous, votre jeune frère que je suis pour que nous nous expliquions devant les militants sur tous les sujets qui semblent vous fâcher au point de ruiner toute la confiance placée en vous par les militants et notre chef à tous, qui ont cru que vous étiez de la race des militants pouvant accepter d’avaler des couleuvres et croire encore en leur destin à force de travail et d’abnégation.

Grand-frère, à défaut du débat contradictoire auquel je vous invite à la maison du PDCI-RDA et non ailleurs, je voudrais vous dire que ceux qui portent de façon visible la candidature du Président Henri Konan BEDIE à la présidentielle de 2020 se recrutent parmi ceux qui l’ont défendu et soutenu après le coup d’Etat militaire de 1999.

Il ne sert donc à rien de vouloir esquiver le débat interne sur la justesse, la nécessité et l’opportunité de la candidature du Président Henri Konan BEDIE, Président régulièrement et démocratiquement élu du PDCI-RDA,  à la Présidentielle de 2020, en faisant croire à l’opinion cette candidature relèverait de calculs politiciens ou d’inconscience.

Grand-frère, la candidature du Président Henri Konan BEDIE à la Présidentielle de 2020 est bel et bien le résultat d’une démarche cohérente, logique et réfléchie du PDCI-RDA dans son immense majorité (telle est la base de la démocratie) depuis le 12ème Congrès ordinaire de notre Grand Parti.

Grand-frère, la candidature du Président Henri Konan BEDIE à la Présidentielle de 2020, est bel et bien la résultante de son choix comme Président du PDCI-RDA au 12ème Congrès du PDCI-RDA qui lui donnait mandat de ramener le PDCI-RDA au pouvoir.

Dieu seul sait le rôle que vous avez joué pour obtenir qu’il en soit ainsi. Pourquoi voulez-vous vous dérober maintenant ? Pour faire plaisir à qui ? Pour obtenir quoi d’autre que le Président Henri Konan BEDIE, le PDCI-RDA et le pays Baoulé ne vous ont pas encore donné ? Etant entendu que là où vous allez, rien ne vous garantit votre candidature à la Présidentielle de 2020 en tant que Président ou vice-Président ?

Mon cher Grand-frère,

La politique est du domaine des idées. Je constate que vous n’en avez pas pour le moment quant à l’avenir possible et souhaitable du PDCI-RDA pour la présidentielle de 2020.

Sinon, comment comprendre que vous, cet illustre descendant de peuple guerrier (ceux qui savent se battre, ceux qui savent triompher de l’adversité, et nous nous comprenons très bien), vous puissiez capituler pour si peu ?

Grand-frère, j’ose croire que vous n’allez pas vous faire hara-kiri par excès de colère ou de contrariété et que vous saurez raison garder, et agir comme le bélier qui recule tout simplement pour mieux charger et non capituler.

La Côte d’Ivoire vous regarde ! le PDCI-RDA vous regarde et vous attend ! Les amis du PDCI-RDA, de par le monde vous observent ! Nous vos jeunes frères vous attendons !

Grand-frère, le Président Henri Konan BEDIE a laissé toutes les portes du PDCI-RDA ouvertes, allez-y pour quelque temps mais revenez-nous rapidement pour le porter à la victoire à la présidentielle de 2020.

Longue vie à vous

Longue vie au PDCI-RDA

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire, une et indivisible !

Votre jeune frère bien aimé et de toujours ;

Fait à Abidjan, le 29 mai 2019

Dr. GNAMIEN Yao

Ancien Ministre/ Ambassadeur

Membre du Bureau Politique du PDCI-RDA

Grand Conférencier du PDCI-RDA

Président du Groupe BEDIE pour tous-Tous pour BEDIE.

Partarger cet article

En lecture en ce moment

CPI: Reprise du procès de Gbagbo et Blé Goudé ce lundi

Une importante quantité de médicaments contrefaits saisie et une clinique clandestine à Abobo