Un nouveau parti politique fait sa rentrée politique en Côte d’Ivoire





Rentrée  politique,Nouveau parti,PRD


Un nouveau parti politique dénommé “Pour la République et pour la Démocratie (PRD)” est né sur l’échiquier national et a fait samedi à Abidjan, sa rentrée politique en présence de quelques 3000 militants et de partis frères de l’opposition.

le président, Adié Dominique, a assuré que son parti est déterminé à jouer sa partition dans le processus du renforcement de la démocratie en Côte d‘Ivoire et à contribuer pleinement à son rayonnement à travers la cohésion sociale et le bien-être des populations.

« PRD se présente comme le parti qui veut établir une nouvelle alliance républicaine et démocratique en Côte d’Ivoire afin que les citoyens ivoiriens soient les artisans chargés d’impulser un développement durable, gage de paix et d’émergence économique », a déclaré Adié Dominique, par ailleurs député de la commune de Bouaflé.

M. Adié a relevé que son parti, centriste, « entend promouvoir la liberté de conscience et la dignité des personnes, la diffusion de la culture et de l’instruction, le développement de la libre entreprise, l’état de droit, la justice sociale (…) ». Le parti s’engage à agir pour le rayonnement de la Côte d’Ivoire dans le monde et pour la pérennité de la nation ivoirienne, a-t-il ajouté.

La vice-présidente, Me Tanoé Viviane, a expliqué que le PRD est un parti politique créé le 22 janvier 2019 par des Ivoiriens épris de paix, de justice et de démocratie. « Il a pour but de rassembler et d’unir les citoyens ivoiriens en vue de défendre leurs intérêts et en être le porte-parole politique de premier plan et de démocratiser la vie politique en Côte d’Ivoire (…) ».

Elle a invité les Ivoiriens à adhérer à cette nouvelle formation politique aux couleurs “blanc et rouge” et dont la devise est “Union-Justice-Travail”.

(AIP)

gak/cmas

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/ Mlle Koné Assétou élue miss Sud-Comoé 2019

Côte d’Ivoire/ Arrestation de leaders syndicaux à l’Université : le FPI condamne et demande leur libération immédiate