Conditions d’interpellation du professeur Bamba Moriféré : Son conseil dénonce et saisit le procureur général





Interpellation Bamba Moriféré,Avocats de Bamba Moriféré


Le conseil du professeur Bamba Moriféré, interpellé, "manu militari", dimanche, puis relâché quelques heures plus tard, a dénoncé les opérations policières qui ont eu lieu, samedi et dimanche, à la résidence du président du Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire et saisi le procureur général à cet effet.

"Face à cette attitude, nous avons saisi le procureur général près la Cour d’appel d’Abidjan, celui-là même qui est chargé de l’application de la loi pénale sur le ressort territorial de sa juridiction. Nous l’avons saisi des faits et il nous a fait savoir qu’il prenait acte des faits que nous venions de lui relater", a dit Me Diallo  Souleymane, lors d’une conférence de presse animée conjointement avec sa collègue, Me Affoussiata  Bamba-Lamine.

A lire aussi : Bamba Moriféré donne les détails de son arrestation

Les avocats envisagent de saisir également le ministre de l’Intérieur pour porter à sa connaissance leur désapprobation sur la façon dont certains éléments se sont comportés sur le terrain. 

Samedi, aux environs de 20 h, une quarantaine d’hommes en tenue a investi la résidence de l’ancien ministre de la Santé pour aller l’auditionner.
Le lendemain dimanche, c’est encore des hommes en tenue, cette fois en cagoule qui ont défoncé le portail de la seconde résidence où était Bamba Moriféré avant de l’amener manu militari.

 Ces avocats qui jusque-là disent ne pas connaitre ce qui est reproché au professeur, estiment que les règles élémentaires en la matière ont été violées entre autres, la violation de domicile, le fait d’interpeler sans aucune notification et d’amener manu militari leur client qui plus est, un ancien ministre. 

Il devrait selon Me Diallo bénéficier de la loi de 2005 qui dit qu’un ancien membre du gouvernement ne peut pas être arrêté, poursuivi comme le citoyen ordinaire.

Pour rappel, Bamba Moriféré devra se présenter jeudi à la préfecture de police d'Abidjan pour être entendu.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Soutien au programme du gouvernement : Action sociale santé RHDP désormais sur le terrain

Hôpital mère enfant de Bingerville : les trois architectes de l’ouvrage décorés par la grande chancelière