Les recettes de Mamadou Koulibaly pour régler le problème du transport en Côte d’Ivoire





Mamadou Koulibaly,Sysytème de transport


Le président-fondateur de Liberté et démocratie pour la République (Lider), Mamadou Koulibaly, donne ses recettes pour régler le problème du transport. 
Un rapport de la Banque mondiale statuant sur le transport en Côte d’Ivoire a indiqué que les Abidjanais dépensent, chaque jour, environ 1,2 milliard FCFA en transport.
Tout en présentant les faiblesses du système de transport avec à la clé l’indiscipline, la corruption et les risques pour la santé, ce rapport mentionne les efforts que le gouvernement entend faire pour remédier à la situation à travers la création d’un cadre du grand Abidjan avec l’ouverture de nouvelles voies de dégagement. 
Pour Mamadou Koulibaly, ce secteur aux enjeux multiples mérite attention et des réformes sérieuses. A cet effet il propose trois recettes.
Pour Mamadou Koulibaly, il faut arrêter l’excroissance de la ville d’Abidjan. "Abidjan ne peut pas continuer à s’élargir de Bonoua à Attingué etc. c’est trop grand. Il y a de grandes villes dans le monde, plus peuplées qu’Abidjan, mais qui sont sur des surfaces bien contrôlées. Une ville peut croitre, mais une ville qui excroit, c’est vilain", a-t-il-dit, tout en proposant de construire en hauteur.
Il propose également que de l’ordre soit mis dans le milieu du transport, notamment sur l’acquisition du permis de conduire, et dans la visite technique.  "Je ne dirai pas qu’il faut interdire l’importation de véhicules. Non. Je dis qu’il faut mettre de l’ordre dans la visite technique. Ne peuvent circuler à Abidjan que des véhicules qui respectent un certain nombre de règles", s’est-il justifié.
Il demande également que le milieu du transport soit sécurisé. "Il faut que les chauffeurs, les apprentis soient déclarés à la CNPS, qu’ils aient de vrais métiers, de vrais salaires, qu’ils aient des assurances et un système de retraite. Ainsi, la pression qui s’exerce sur eux au quotidien qui fait que les gens conduisent n’importe comment et qui provoque des accidents va baisser ".
"Si nous mettons de l’ordre dans le permis, dans la visite technique et puis dans le métier de transport autour, le milieu sera sécurisé et on perdra beaucoup moins de temps dans le transport", a-t-il conclu.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Awards du mannequinat africain: la première Ecole professionnelle des métiers de la mode et du mannequinat ouverte

Presse : Face à la chute drastique des ventes des journaux, les éditeurs appellent l’Etat au secours (Interview)