Un gouvernement de mission sur le terrain !







Depuis le mercredi dernier, la Côte d’Ivoire a un nouveau gouvernement. Cette nouvelle équipe de 41 membres et 7 secrétaires d’Etat, d’hommes et de femmes d’expérience apportera une contribution importante à l’action quotidienne du gouvernement, comme le souhaite le Président de la République, SEM Alassane Ouattara. Cette équipe de mission et de combat qui devra améliorer le quotidien des Ivoiriens est-elle pléthorique ? Le Président Alassane Ouattara dans un exercice de pédagogie répond : « Nous avons procédé à un élargissement du gouvernement pour tenir compte de la diversité de notre pays ». Aussi, ajoute le chef de l’Etat ivoirien, « La quasi-totalité des régions de la Côte d’Ivoire est représentée ». Face aux nombreux défis du moment, la scission du ministère de l’Intérieur n’est-elle pas nécessaire ? Le Président de la République tout en saluant la qualité du travail abattu par le ministre Sidiki Diakité, tranche : « La séparation des ministères de l’Intérieur et de la Sécurité me paraît nécessaire à nouveau compte tenu de l’importance des défis dans notre pays ». Au regard donc des explications données par le Président Alassane Ouattara, le gouvernement du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly dérange qui ?! Le choix des personnalités tout comme le nombre des membres du gouvernement ne relèvent-ils pas du pouvoir discrétionnaire du Président de la République élu par ses concitoyens à plus de 84% des suffrages exprimés ? Dans un pays qui n’est pas en crise et qui plus est a remporté les élections, pourquoi reproche-t-on au Président élu de ne choisir que les membres de sa formation politique dans le gouvernement ? L’opposition est-elle vraiment sérieuse ? Y a-t-il un seul pays au monde où le vainqueur d’une présidentielle est contraint à gouverner avec des personnalités de l’opposition ? Notons qu’aux Etats-Unis d’Amérique, modèle achevé de la démocratie, le président Donald Trump n’a appelé dans son équipe aucun membre de l’administration de son prédécesseur Barack Obama. Et cette situation n’empêche nullement le parti démocratique de s’opposer à l’actuel locataire de la Maison blanche. L’opposition qui est en conflit avec le bon sens, peut-elle continuer à soutenir que « depuis neuf ans, ce sont les mêmes qu’on lâche, qu’on reprend, comme si la République se limitait à ces mêmes visages ? N’est-ce pas un gouvernement réchauffé ? » Que veut une opposition dans un gouvernement Rhdp, elle qui se bat au quotidien pour chasser le Président Alassane Ouattara ? Que veut encore cette opposition qui ne partage pas la ligne idéologique des houphouétistes ? En ce qui nous concerne et je devine que c’est le cas du Rhdp, aucun houphouétiste ne regrette l’absence de l’opposition dans l’équipe gouvernementale du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Le Président de la République qui « demande à chaque membre du gouvernement d’être présent sur le terrain et dans sa région », a besoin d’une équipe loyale qui partage sa vision de gouvernance pour conduire les affaires de la République. L’opposition comme nous le constatons dans toutes les démocraties du monde s’oppose et le pouvoir gouverne. Alors quel est donc le problème de cette opposition qui glose tant sur la formation du gouvernement de mission et de combat du Rhdp ?!

Le Président Alassane Ouattara qui n’entend guerre aller au combat avec les soldats de ses adversaires pense en toute honnêteté que si les populations doivent convaincre les ministres qui lui rapportent leur préoccupation afin qu’elles soient prises en compte dans la mise en œuvre et le suivi du programme du gouvernement, ses émissaires sur le terrain ne peuvent être que de son camp. Est-ce compliqué de comprendre cela !!!

Patrice Yao

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Football/ Ligue 1( 24e journée) : L’ Africa se maintient, le titre s’éloigne pour San Pedro

Éliminatoires Can 2019 (Guinée- Côte d’Ivoire ) : Kamara dévoile la liste de ses 23 commandos . Gervinho et Kalou toujours absents