Violences basées sur le genre/ Le Zonta international offre un centre d’écoute aux femmes de Gesco





Violences basées sur le genre,Zonta International,Yopougon Gesco


C’est un ouf de soulagement pour les femmes de GESCO, dans la périphérique de Yopougon.  La formation urbaine, sanitaire et communautaire de Gesco vient de bénéficier d’un financement de 3000 dollars  US (environ 1 785 000 Franc CFA) du Zonta international pour la réalisation d’un centre d’écoute, de sensibilisation et d’orientation des femmes violentées.

 Ce bâtiment en construction situé en plein cœur  du centre communautaire de Gesco, dont l’inauguration est prévue  pour très bientôt,  va   servir de cadre pour recevoir ces femmes  blessées moralement, psychologiquement et physiquement, afin de  les rassurer, les orienter et  les sensibiliser à certains comportements.

 Madame Bonnel Marie-Louise, chef du projet, s’est  réjouit de l’éligibilité dudit projet. "Lorsque cette opportunité s’est offerte au club d’Abidjan, nous l’avons  conceptualisé selon les orientations du Zonta international et selon toutes les règles de conception d’un projet.  Et maintenant, il faut l’exécuter. L’exécution doit être réalisée par le centre lui-même, parce que c’est lui qui a reçu directement le fonds", dira-t-elle.

 Satisfaction totale également  de la part de Kouassi Rose Lima, gestionnaire de la formation urbaine, sanitaire et communautaire de Gesco. " Je tiens à dire merci au Zonta international. Son arrivé est salutaire, parce qu’à Gesco, nos femmes souffrent assez. Il fallait que ce club arrive pour éveiller les consciences et nous éclairer sur certains points.  Six (6) sous-quartiers précaires de Gesco ont déjà reçu la visite du Zonta club d’Abidjan, accompagné d’un psychologue et d’un juriste pour la phase de sensibilisation autour d’un thème précis.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/ Andé: Un match de football à l’origine d’un conflit communautaire à Brou Akpahoussou

Le ministre Mabri Toikeusse menace de traduire le journal "L’essor ivoirien" en justice