Athlétisme : Amadou Dia ( Directeur AADC),"Il faut le minimum à la fédération pour former d'autres Ahouré et Ta Lou"





Athlétisme,Ta Lou,Marie Josée


Présent à Abidjan pour une séance de travail avec la fédération ivoirienne d'athlétisme ( FIA), Amadou Dia Ba ,le directeur du centre de développement de l'athlétisme africain de Dakar ( AADC) réclame plus de moyens afin de voir éclore d'autres Murielle Ahouré et Marie-Josée Ta Lou.

Quelle est la motivation réelle de votre présence à Abidjan ?

Ma présence à Abidjan se situe à un double niveau.C'est déjà un plaisir de toujours  revenir à Abidjan .Car j 'ai des liens très  forts avec Feu Gabriel Tiacoh qui était mon ami.Je venais à Abidjan saluer sa famille et même en Europe nous étions toujours ensemble lors des meetings.L'autre aspect c'est que J'ai tenu à rencontrer  le président Jeannot Kouamé pour discuter avec lui de nos perspectives  et nos ambitions.Nous avons échangé sur comment nous allons travailler sur le développement surtout au niveau des entraîneurs et des officiels , l'administration ,la compétition .Cela ,dans l'optique d'œuvrer au rayonnement de l'athlétisme à Abidjan.Ce sont véritablement les deux grandes raisons qui motivent ma présence à Abidjan où je me sens comme chez moi.Vu les liens forts que j'ai eu avec Feu Gabriel Tiacoh et que j'ai avec  Cissé Salamata  et bien d'autres athlètes.C'est d'ailleurs ici que j'ai lancé ma carrière.Pour la petite anecdote ,c'est au stade Félix Houphouët-Boigny que j'ai fait mon premier 400 m.C'est donc à Abidjan que j'ai démarré ma carrière jusqu'à être vice-champion olympique .

 

Qu'est-ce qu'on retient de cette visite ?

Cette séance a été très fructueuse . Souvent nous travaillons avec des mails et des téléphones,mais aujourd'hui je suis là afin qu'on le fasse de vive voix .Le président m'a soumis ses doléances .Ce que nous allons développer surtout au niveau des entraîneurs . Il nous faut avoir entraîneurs qualifiés ici pour former de grands athlètes.Il en va de même pour les officiels afin d'avoir des bonnes compétitions.Et vous tous ,vous savez que l'athlétisme ,c'est pas le football où les gens gagnent des millions et des millions.À l'athlétisme ,c'est plus le bénévolat.Je voudrais saluer et encourager le président pour l'immense travail abattu depuis son élection.Je tiens à le feciliter également pour les derniers résultats lors des compétitions internationales et ceux obtenus depuis son avènement à la tête de la fédération avec les athlètes ivoiriens qui sont notre fierté au niveau de la francophonie.Car ,au niveau du centre de Dakar nous avons tous les pays francophones.Mais ,c'est la Côte d'Ivoire qui a les athlètes les plus performants que vous connaissez.Pour tous ces lauriers fruits de l'excellent travail ,il faut le féliciter.Nous avons travaillé sur des perspectives et sur la décentralisation.Par le passé quand nous faisions les stages à Dakar ,il n'envoyait qu'un représentant.Mais avec la décentralisation ,si nous venons à Abidjan ,il peut avoir une dizaine de participants  ivoiriens.Toujours,dans le même élan du développement nous avons travaillé sur le genre  avec la première vice-présidente.Nous dans notre système ,nous avons un séminaire réservé exclusivement au genre et aux jeunes.Après cette séance ,nous irons voir plusieurs entités du sport.D'abord le comité national olympique ( CNO) ,puis le ministère des sports pour réclamer plus de moyens pour l'athlétisme .Parce que sans moyens ,on ne peut rien faire.Le CNO et l'Etat doivent appuyer  l'athlétisme car il fait partie des meilleures disciplines en Côte d'Ivoire.Malheusement , l'athlétisme n'est pas le football.Toutefois ,cela ne déteint pas sur les prestations de nos athlètes.Il faut offrir aux dirigeants le strict minimum pour pourvoir former d'autres Murielle Ahouré et Marie -Josée Ta Lou, Gabriel Tiacoh et autres Méité Ben Youssef.S'il y a peu de moyens ,le Président Jeannot Kouamé est capable de réaliser cet exploit.Vu qu'il est un ancien athlète .Il connait donc les réalités de cette discipline.C'est pour cette mission que nous sommes là.Passer dans les fédérations ,voir , toucher les réalités et parler à ceux qu'il faut parler pour voir les choses changées.

Que pensez-vous du partenariat que la FIA a tissé avec l'INJS pour copier le centre de Dakar à Abidjan ?


Nous ce que nous voulons aujourd'hui au niveau du centre  de développement de l'athlétisme africain,est que les fédérations puissent avoir des accords avec des centres comme l'INJS.Parce que maintenant,tout le monde sait que le sport ,c est la science.Si on prend n'importe qui pour entraîner ,il montrera très vite ses limites.Mais ,si on prend des jeunes qui sortent de l'INJS et qui ont la formation d'entraîneur spécialisé dans l'athlétisme ,ce sera une plus-value contrairement à ceux qui viennent de d'autres metiers.C'est donc pas forcément pareil.C'est une très belle initiative et j'encourage le président dans ce sens.  j'encourage également le DTN .Il faut voir avec les maîtres d'EPS comment avoir cette notion de l'athlétisme afin d'accroître le nombre d'athlètes.En tout cas, nous sommes heureux et nous applaudissons des deux bras cette initiative.
 

GZ avec Sercom

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Un camion termine sa course dans un hôtel à Ahigbekoffiro

Attaque de Kafolo : les détails du coup de filet en Côte d’Ivoire