Côte d’Ivoire : les défis du nouveau recensement électoral





Election présidentielle


Durant deux semaines, les électeurs ivoiriens sont appelés à s’inscrire dans les centres d’enrôlement en vue de la présidentielle d’octobre 2020.

« La CEI compte, c’est toi qui donnes ta voix », « La CEI organise, c’est vous qui choisissez le vainqueur ». Sur de principales artères de la ville d’Abidjan et de certaines villes de l’intérieur du pays, les grands panneaux publicitaires de la Commission électorale indépendante (CEI) passent des messages de sensibilisation. Objectif : inciter les potentiels électeurs à s’inscrire sur la liste électorale et à créer la confiance entre les populations et les acteurs intervenant dans le processus électoral.

L’enjeu est de taille. Pour Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, président de la CEI, l’opération vise près de cinq millions de nouveaux électeurs, ce qui devrait porter la population électorale à 11,5 millions, sur une population générale estimée à 25 millions d’habitants. À cet effet, 10 848 centres d’enrôlement devraient être ouverts, dans l’ensemble des 33 régions, 108 départements et 509 sous-préfectures. 35 000 agents recenseurs sont également annoncés. Innovation majeure : l’électeur déjà inscrit peut directement consulter sa présence sur la liste électorale sur le site internet de la CEI.

Opération « indispensable » pour l’opposition

L’un des enjeux sera l’afflux des populations. Lors de la dernière opération en vue des élections locales de 2018, la CEI avait essuyé un important revers.

Lire la suite sur jeuneafrique

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Décès de l’épouse de Makosso Camille : l’autopsie sérieusement compromise

Signature d’accord cadre de collaboration : le PDCI et le FPI appellent leurs militants à travailler de concert sur toute l’étendue du territoire