Lancement officiel des examens scolaires : Kandia Camara engage à nouveau les acteurs à lutter contre la fraude





examen scolaire,Kandia Camara,Message


Voici venu le temps des évaluations certificatives après une année scolaire 2019-2020 dont le déroulement, il est vrai, a été quelque peu perturbé par la crise de la pandémie de la COVID-19.

En effet, soucieux de la santé et du bien-être de la frange la plus fragile de notre population que constituent les élèves, le Conseil National de Sécurité, sous la houlette du Président de la République Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a pris très tôt, les mesures fortes qui s’imposaient pour maintenir l’école hors du champ de propagation de cette maladie.

Ainsi, après plusieurs efforts, nous en arrivons aux évaluations certificatives qui constituent une étape essentielle pour chacun des cycles de formation. En effet, aucun système éducatif, soucieux de sa propre efficience et de son utilité sociale, ne saurait se passer de cet instrument précieux de mesure et de régulation.

De nombreuses dispositions ont été adoptées et appliquées dans les salles de classe depuis leur réouverture. Les examens blancs au CM2 et les épreuves d’éducation physiques et sportives au BEPC et au baccalauréat, qui se sont déjà déroulés, ont été l’occasion d’une première mise en œuvre satisfaisante de mesures barrières telles que le port du masque par tous, le lavage des mains, le respect de la distanciation physique et la limitation des regroupements.

Tout ce capital d’expériences sera renforcé par un supplément d’équipements anti-COVID-19 que nous avons fait mettre à la disposition des organisateurs. Des modalités nouvelles ont même été définies pour une gestion plus sécurisée des opérations dans les salles de composition.

Toutes les dispositions préventives sont donc en place pour limiter au maximum tout risque de contamination.

Au regard des enjeux des examens à grand tirage qui demeurent inchangés malgré le contexte particulier, nous avons jugé opportun de placer cette session 2020 sous le sceau de la mobilisation et de l’efficacité d’action pour préserver nos acquis.

Cette mobilisation et cette efficacité d’action sont requises auprès de toutes les composantes de la communauté éducative de notre pays et de tous les acteurs aux examens. Elle consiste à rassembler et à mettre au service de notre école, notre engagement citoyen, nos compétences et tout notre savoir-faire.

Ce capital auquel je me réfère ici est d’ordre qualitatif et d’une préciosité à défendre avec hargne. Il se décline en termes de validité, de crédibilité, et d’inclusion.

Pour cette session 2020, seuls les examens du BEPC et du Baccalauréat verront dans les jours et semaines à venir, se présenter respectivement 503.472 et 318.995 candidats qui composeront dans 799 centres pour les premiers et 506 pour les seconds ; soit un total de 822.467 candidats répartis dans 1.305 centres comprenant en tout, près de 32.900 salles de composition.

Pour ce faire, j’en appelle à chacune des parties suivantes pour qu’elle joue sa partition avec sérieux et abnégation.

•Chers collaborateurs enseignants et personnels du secteur éducation-formation, acteurs de premier plan dans l’organisation des examens.

Je veux, encore une fois, pouvoir compter sur le sens de la responsabilité dont vous avez toujours fait preuve. Des dispositions relatives au respect du devoir professionnel et à l’organisation de la surveillance ont été prises pour vous permettre d’être plus efficaces.

•Chers parents d’élèves, je vous demande d’être sereins et de faire confiance aux capacités intrinsèques de vos enfants.
C’est vous qui devez, les premiers, encourager les candidats et leur prodiguer des conseils utiles ; surtout le respect des textes réglementaires et des interdictions, en particulier celle concernant le téléphone portable qui ne doit, sous aucun prétexte être introduit dans un centre d’examen.

•Quant à vous, chers candidats, officiels et libres, tel le maçon au pied du mur, vous voici en composition, face à des épreuves qui ne sont rien d’autres qu’une variante de vos devoirs habituels de classe. Ayez confiance en vous-mêmes et comptez sur votre propre travail.

N’écoutez, ni ne suivez ceux qui vous proposent des voies détournées et qui vous livrent à coup sûr à l’échec, à la sanction et au déshonneur.

•Mesdames et Messieurs,

La lutte implacable contre le fléau de la fraude aux examens constitue un défi majeur qu’il nous faut absolument relever ensemble. J’ai ainsi instruit mes services à l’effet de dresser un véritable maillage de l’organisation depuis les inscriptions, jusqu’ aux délibérations, en passant par les compositions et les corrections. Ces actions se poursuivront même après les résultats pour traquer les auteurs, les bénéficiaires et les complices de pratiques frauduleuses.

Les décisions de la Commission Nationale de Discipline qui scrute, à la fin de chaque session, le déroulement de toutes les opérations en sont la preuve.

Je voudrais donc en appeler à la mobilisation et à la détermination de tous, collaborateurs, membres de la communauté éducative nationale, parents d’élèves et candidats, pour neutraliser ce fléau néfaste pour notre école.

Bonne session 2020 à toutes et à tous.
Bonne chance à toutes les candidates et à tous les candidats.

KANDIA CAMARA

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Décédée ce samedi dans un tragique accident: Qui est Prof Laurence Adonis-Koffy?

Polémique autour du 3e mandat de Ouattara, Guikahué interpelle Ouaraga Obou : "tu dois absolument parler"