Crise au Mali : La CEDEAO demande la démission des 31 députés, objets de contestation





Sommet CEDEA,Crise au Mali


La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a tenu lundi, un sommet extraordinaire sur la situation socio-politique au Mali.

Ce sommet qui s’est déroulé par visio-conférence intervient après l’échec d’une première médiation entrepris jeudi par cinq chefs d’Etats à savoir Issifou Mahamadou du Niger, Macky Sall du Sénégal, Alassane Ouattara de Côte d'Ivoire, Nana Akufo-Addo du Ghana et Muhammadu Buhari du Nigeria, pour éteindre le feu.

 A l’issue de ce sommet, la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a pris plusieurs décisions entres autres, la démission des 31 Députés dont l’élection est contestée, y compris le Président du Parlement, la recomposition de la Cour constitutionnelle.

Les chefs d’Etats recommandent la mise en place rapide d’un Gouvernement d’union nationale avec la participation de l’opposition et de la Société civile dont la tâche prioritaire sera de mettre en œuvre toutes les réformes, recommandations et décisions issues du dialogue national inclusif et de traiter les questions de gouvernance, en particulier les Accords d’Alger.

Une commission d’enquête devra être mise en place pour déterminer et situer les responsabilités dans les violences qui ont entrainé des décès et des blessés les 10, 11 et 12 juillet derniers.

Les Chefs d’Etats menacent de sanctions, tous ceux qui poseront des actes de nature à contrarier le processus de normalisation.

Ces recommandations pourront-elles satisfaire l’opposition qui, elle réclame la démission du président Ibrahim Boubacar Kéita ?

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Covid-19 : ambiance retrouvée à l’abattoir de Port-Bouët (Reportage)

Congrès constitutif du RHDP : Plus de 80.000 personnes attendues le 26 janvier au stade Houphouët-Boigny