RHDP : fin du ‘’tango’’ des équilibristes ?







Le 26 janvier 2019 sonnera-t-il ‘’la fin du tango’’ des équilibristes ? C'est-à-dire le glas de ‘’ceux qui ont un pied dedans, un pied dehors’’ ? Le premier congrès du Parti unifié RHDP qui va matérialiser la naissance officielle de l’unique famille politique des Houphouétistes va certainement sonner ce jour-là la fin de la récréation. Il va falloir mettre fin au ‘’Zouglou, Boloï, Gbégbé, Coupé-décalé’’ et autres danses de ceux qui rusent avec le RHDP. Quelqu’un dans ce pays a déjà enfoncé le clou. « Il faut que ces personnalités se déterminent clairement, par rapport à leur position sur l’échiquier politique national ». Car ces dernières ‘’nagent en eaux troubles’’ entre le PDCI-Daoukro et le RHDP. Les nuits, elles sont à Pépressou (Daoukro), rasent nuitamment les murs du ‘’bunker’’ du ‘’sphinx’’ de ce carré ivoirien. Mais quand pointe le jour, ces personnalités sont très tôt de retour à Abidjan et ‘’claironnent’’ qu’elles ont déposé leurs valises au RHDP. Comble d’hypocrisie politique ? Que font-elles de l’allégeance faite au président Henri Konan Bédié en pleine nuit noire pour ne pas être vues des grandes oreilles de la République ? Ces personnalités croient être cachées. Mais les Saintes Ecritures (la Bible) déclarent qu’il n’y a rien de caché qui ne soit découvert un jour. Et ce jour de vérité arrive le 26 janvier 2019. On verra qui est qui, comme pour parler comme l’homme de la rue à Abidjan. Les masques vont sûrement tomber après cette date. Car il ne s’agira pas seulement de s’afficher dans les tribunes. Il s’agit à partir de cette date de s’engager pour toujours au RHDP, de se déterminer, de clarifier sa position. Le temps des hésitations, du jeu clair-obscur de certains caciques du PDCI-RDA est révolu. Il ne sera plus question d’aller nuitamment dire au président Bédié qu’ils sont au RHDP pour éviter qu’on ne leur colle une affaire ‘’de détournement de deniers publics’’ comme au Plateau. C’est un grossier mensonge, parce que l’adhésion au RHDP est bien libre. On ne force donc personne. On y va librement parce que cette plateforme politique est désormais le gage de la paix et de la stabilité. C’est marcher ‘’sur les traces d’Houphouët-Boigny’’, celui qui a fait de la paix dans son pays, une seconde religion. Et le président Alassane Ouattara est celui qui poursuit allègrement cette vision éclairée du père de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Il veut ainsi mettre son pays à l’abri des soubresauts que connaissent certains états en Afrique. Ouattara veut éviter des erreurs irréparables à la Côte d’Ivoire. Il veut laisser aux générations futures un pays rassemblé, uni, fraternel et paisible. Bédié a certes fait l’Appel de Daoukro, mais aujourd’hui, tenaillé par une forte envie de revenir aux affaires, il a sûrement botté en touche la réconciliation nationale, ‘’le vivre-ensemble’’ dans la paix et la stabilité difficilement retrouvées. ‘’Les suiveurs’’ de ‘’N’Zuéba’’ ont donc aujourd’hui en face d’eux, un vrai ‘’disciple et héritier’’ de Félix Houphouët-Boigny : Alassane Ouattara. A contrario, ‘’le prince’’ de Daoukro semble avoir dit non à la préservation et consolidation de cette paix retrouvée aux prix de mille et un sacrifices. Le jour qui va faire la lumière sur les ‘’équilibristes’’ pointera le 26 janvier 2019. ‘’L’Essor Ivoirien’’, votre hebdomadaire d’informations générales vraies et vérifiées, sera de l’évènement, pour pointer du doigt les absents, ceux qui hésitent à se déterminer clairement. Ce jour n’est pas loin ! Et tout va se savoir !

Bonne lecture et à la semaine prochaine, in’challah !

En lecture en ce moment

Financement des projets de développement : L’État ivoirien à la recherche de 821 milliards FCFA

La proclamation des résultats des élections municipales à Grand-Bassam a lieu au CAFOP