Présidentielles 2020 : La Wanep fait des recommandations claires à tous les acteurs





presidentielles-2020-la-wanep-fait-des-recommandations-claires-a-tous-les-acteurs


Dans une déclaration lue le vendredi 30 octobre depuis sa salle de veille électorale, le groupe d’observateurs du WANEP, une organisation de la société civile engagée pour  la paix en Côte d’Ivoire a exhorté les acteurs politiques ivoiriens à maintenir la paix et la non-violence tout au long du processus.

 

Ci-dessous la déclaration intégrale

 

  • Du Contexte de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020

 

Le Samedi 31 Octobre 2020, les Ivoiriens se rendront aux urnes pour l’élection présidentielle. Quatre candidats sont en lice, dont deux ont suspendu leur participation au processus électoral et ont appelé à la désobéissance civile. Cette élection se déroule dans un contexte de crise sanitaire liée à la COVID-19 doublé d’une crise de confiance entre les acteurs politiques et un déficit de dialogue.

 

En dépit des efforts de pacification et de médiation de plusieurs acteurs nationaux et internationaux pour des élections inclusives, transparentes, crédibles et apaisées, la rupture du dialogue entre les acteurs politiques est restée sans solution. La campagne, débutée le jeudi 15 octobre 2020, a enregistré de nombreuses violences et oppositions intercommunautaires, qui ont entrainé des destructions de biens, des blessures, des arrestations, des enlèvements de personnes, des actes d’intimidation et des pertes en vies humaines.  

 

Ainsi, l’élection présidentielle se tiendra le samedi 31 Octobre 2020, dans un contexte de peur, voire de psychose. A la veille de ce scrutin, la situation peut se résumer comme suit :

 

Au titre de la liste électorale et des cartes d’électeurs,

 

La révision du fichier électoral a produit une liste définitive de 7 317 413 électeurs dont 97 973 résidant à l’étranger. Le découpage électoral donne 10 815 lieux de vote dont 56 à l’étranger, repartis en 22 381 bureaux de vote dont 246 à l’étranger.

 

L’opération de distribution des cartes d’électeurs s’est déroulée dans un contexte de violence et de réticence. A preuve, 41% des cartes d’électeurs ont été distribuées, selon la CEI.

                                                                                 

Au titre des candidatures,      

L’élection présidentielle du 31 octobre 2020 a enregistré 44 candidatures dont celles de 3 femmes. Quatre (04) candidats ont été retenus par le Conseil Constitutionnel, dont :

  • Monsieur Alassane OUATTARA (RHDP)
  • Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN (FPI)
  • Monsieur Aimé Henri Konan BEDIE (PDCI)
  • Monsieur Bertin Konan KOUADIO (INDEPENDANT)

Au titre de la campagne électorale,

La campagne électorale a débuté le jeudi 15 octobre à 00 heure pour s’achever le 29 octobre 2020 à minuit. Elle a vu la participation effective de 2 candidats sur les 4 officiellement retenus : celui du RHDP et un candidat Indépendant. Cette campagne a été émaillée d’incidents, notamment à DABOU.

 

 

  • De la contribution de WANEP

 

Pour ce faire, face à cette situation, WANEP-CI a une initiative articulée autour de la mise en œuvre de 3 projets :

 

  • Le projet régional « Suivi, analyse et atténuation de la violence électorale » financé par l’Union Européenne, délégation Régionale de Dakar, mis en œuvre à tour de rôle dans 11 pays de la CEDEAO dont la Côte d’Ivoire ;
  • Le projet régional : « Bâtir une approche inclusive de relance post-COVID de sortie de crise et de réforme de la gouvernance au Sahel et en Côte d’Ivoire financé par le PNUD au niveau régional et mis en œuvre en partenariat avec la CEDEAO;
  • Le projet national : « la société civile engagée et mobilisée pour des élections apaisées et crédibles en Côte d’Ivoire en 2020 » financé par OSIWA.

La mise en œuvre de ces trois projets a permis à WANEP-CI de faire le suivi de la violence électorale sanctionné par 2 rapports de suivi partagés aux partenaires nationaux et internationaux.

 

L’organisation de 18 débats citoyens afin de permettre à la population d’être éclairée sur les sujets liés au processus électoral afin de les apaiser.

 

L’organisation de 4 échanges communautaires à Bonon, Daoukro, Fengolo et Danané, dans les communautés en proie à la violence, afin de les aider à retrouver une paix durable.

 

La mise en place d’un Groupe National de Réponses électorales formé et opérationnel chargé d’analyser les rapports de suivi, d’identifier les défis urgents et d’y apporter des réponses.

 

Le déploiement de 680 observateurs dans les localités les plus chaudes du pays.

 

La mise en place d’une salle de veille électorale compartimentée en 2 blocs :

  • Un stand de veille pour centraliser les informations liées à la violence électorale en général et contribuer à les résoudre en temps réel ;
  • Un stand de veille axée sur la violence électorale, entièrement animé par les femmes et centré sur les questions de genre.

Cette salle de veille communique régulièrement avec la communauté nationale et internationale par des briefings, la diffusion de communiqués et l’organisation de conférences de presse pour rendre compte du déroulement du processus.

 

Au-delà du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, les actions de WANEP-CI en lien avec l’élection présidentielle se poursuivent jusqu’en 2021.

 

  • Motifs de satisfaction et de craintes, défis et recommandations,

Au nombre des motifs de satisfaction, nous citons :

  • La participation de plusieurs autres missions d’observation électorale (Organisations de la Société Civile nationales, CEDEAO, UA, OIF, centre carter, UE) etc.

 

Au titre des motifs de crainte, nous relevons :

  • La recrudescence des violentes manifestations consécutives à l’appel à la désobéissance civile ;
  • La multiplication des zones à risque ;
  • La cristallisation et le durcissement des positions ;
  •  Le faible taux de retrait des cartes d’électeurs ;
  • Le déficit de confiance envers la CEI et le Conseil Constitutionnel
  • La désinformation, la prolifération de discours haineux et de violence à travers les réseaux sociaux.

 

Quant aux défis à relever pour ces élections, le WANEP-Côte d’Ivoire note : 

 

  • La sécurisation du processus électoral et le respect des droits humains sur toute l’étendue du territoire national ;
  • La garantie du respect des principes électoraux dont la transparence, la sincérité et l’inclusivité pour justifier la validité et l’acceptation des résultats de l’élection ;  
  • L’application stricte des mesures et pratiques de lutte/prévention du Covid-19 durant le scrutin afin d’éviter une augmentation des cas de contamination au lendemain de l’élection ;
  • La neutralité et le professionnalisme des forces de sécurité durant toute la période électorale ;
  • La restauration de la confiance entre les acteurs politiques.

 

Au regard des craintes et défis évoqués, le WANEP-Côte d’Ivoire recommande : 

 

Au gouvernement

  • De poursuivre le dialogue avec l’opposition ;
  • De garantir la sécurité des biens et des personnes sur l’ensemble de territoire national.

 

A la Commission Électorale Indépendante (CEI)

  • De renforcer le dispositif de réponses rapides pour apporter des solutions aux cas de dysfonctionnements et irrégularités qui seront notés sur le terrain dès l’ouverture des bureaux de vote ;
  • D’agir dans le strict respect des lois électorales ;
  • De s’assurer que, dans tous les bureaux de vote, les dispositifs de lavage des mains et de respect des mesures barrières sont en place et strictement respectés.

 

Aux partis politiques et aux candidats

  • D’appeler, par le discours et par l’exemple, les militants à la non-violence ;
  • De recourir au dialogue et aux voies légales pour le règlement des différends post-électoraux éventuels ;
  • D’observer les dispositions du code de bonne conduite des partis politiques.

 

Aux forces de défense et de sécurité :

  • De maintenir l’ordre dans le cadre légal et le strict respect des droits de l’homme ;
  • D’agir de façon professionnelle sur le terrain et respecter l’utilisation exclusive des armes conventionnelles lors des opérations de maintien d’ordre.

Aux institutions de protection et de promotion des droits humains :

  • De continuer à appeler les différentes parties prenantes au strict respect des droits humains.

 

Aux médias et presses en ligne :

  • De respecter l’éthique et la déontologie du métier de journalisme ;
  • De s’abstenir de diffuser toute information qui pourrait exacerber la crise.

Aux utilisateurs des réseaux sociaux :

  • De vérifier les informations relayées sur les réseaux sociaux afin de freiner la propagation des rumeurs et des fausses informations.

Aux leaders religieux et traditionnels :

  • De continuer à prêcher la paix et la concorde sociale.

 

Aux acteurs de la société civile,

  • D’intensifier leur rôle de veille, d’alerte en période électorale.

 

Fidèle à ses idéaux de paix et cohésion sociale, la Cellule de Veille Électorale de WANEP-Côte d’Ivoire et ses partenaires s’engagent dans l’observation de l'éthique, de l'intégrité et de la transparence du processus électoral afin de contribuer à la prévention des violences et des violations des droits humains.

 

La mission d’observation de WANEP-Côte d’Ivoire rendra publique sa déclaration préliminaire, le samedi 31 Octobre 2020 et un rapport général à l’issue du processus électoral.

 

Fait à ABIDJAN, le 30 Octobre 2020

La cellule de veille électorale

 

 

 

En lecture en ce moment

Invités à une plénière sur la réforme de la CEI, des partis politiques de l’opposition disent "non" à Amadou Gon Coulibaly

Le maire Kalou Bonaventure demande de l’aide au gouvernement pour le développement de Vavoua