Côte d’Ivoire : le dialogue entre le pouvoir et l’opposition suspendu sans accord





cote-divoire-le-dialogue-entre-le-pouvoir-et-lopposition-suspendu-sans-accord


 

 

Le dialogue politique en Côte d’Ivoire a été suspendu mardi sans qu’un accord formel n’ait été trouvé. Seule certitude : les législatives se tiendront en mars prochain.

Après une semaine de discussions, le dialogue politique a été suspendu, mardi, sans qu’un accord formel n’ait été atteint entre le pouvoir et l’opposition. Dans son discours concluant les pourparlers, le Premier ministre Hamed Bakayoko a cependant salué un « consensus pour la poursuite du dialogue », en vue d’une « décrispation du climat politique ».

 

« Les problèmes qui restent en suspens feront l’objet de prochaines séances, le processus reste ouvert », a estimé de son côté Koffi Niamkey, principal négociateur du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, premier parti d’opposition).

« Une dynamique »

Au lendemain d’une présidentielle boycottée par une partie de l’opposition qui a appelé à une campagne de désobéissance civile, et marquée par des violences électorales qui ont fait 85 morts et 500 blessés entre août et novembre, plusieurs responsables jugeaient nécessaire d’instaurer un dialogue direct entre les chefs des trois grands partis ivoiriens, le président Alassane Ouattara et les ex-présidents Henri Konan Bédié (actuel leader de l’opposition), et Laurent Gbagbo.

« La plateforme de l’opposition a des réserves mais ne s’est pas retirée du dialogue, c’est une dynamique », a jugé Adama Bictogo, numéro deux du parti au pouvoir, assurant que « les élections législatives auront bel et bien lieu en mars 2021 ». « Le plus important c’est que l’opposition aille à ces élections », a-t-il ajouté. Le pouvoir avait évoqué jusqu’à présent un scrutin au « premier trimestre ».

Aucune date pour une reprise du dialogue politique n’a été avancée. Le Front populaire ivoirien (FPI), parti de l’ex-président Gbagbo, a déjà annoncé la semaine dernière sa participation aux législatives. Le PDCI, lui, ne s’est pas encore prononcé.

Lors de son investiture le 14 décembre,  Alassane Ouattara avait appelé à relancer le dialogue politique pour sortir de la crise en Côte d’Ivoire, à la suite de Henri Konan Bédié, quelques jours plus tôt.

Plusieurs responsables de l’opposition, dont son porte-parole, l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan – qui doit être présenté ce mercredi 30 décembre devant un juge – , sont poursuivis par la justice et écroués après avoir proclamé un régime de « transition » censé remplacer le président Ouattara, dont ils n’avaient pas reconnu la réélection pour un troisième mandat.

Source ; jeuneafrique.com

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Danho Paulin ambitionne de développer l’économie sportive

Assemblée nationale : Les engagements du nouveau président Amadou Soumahoro