Libération d’Affi N’Guessan : "Ouattara veut donner l’impression d’une décrispation de la situation sociopolitique" (Pr Bamba Moriféré)





liberation-daffi-nguessan-quotouattara-veut-donner-limpression-dune-decrispation-de-la-situation-sociopolitiquequot-pr-bamba-morifere


Le porte-parole de la coalition de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan, arrêté dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 novembre 2020 et incarcéré par la suite a été libéré sous contrôle judiciaire ce mercredi.

Bien au parfum de l’actualité politique en Côte d’Ivoire, le président du Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire (RPCI, opposition), Professeur Bamba Moriféré, réaffirmant que les personnalités politiques de l’opposition incarcérés "sont en réalité des otages" estime qu’à travers cette libération, le président Ouattara veut donner l’impression d’une décrispation de ce la situation sociopolitique, ce qui, selon lui, n’est pas le cas.

Le président Pascal Affi N’guessan a été libéré sous contrôle judiciaire, votre réaction à chaud ?

J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer à maintes reprises, que toutes les personnalités emprisonnées arbitrairement par OUATTARA, sont en réalité des otages. Il décide, ensuite de les libérer au fur et à mesure, au gré de ses intérêts du moment. Dans le cas d’AFFI, il s’agit de faire croire à un faux apaisement ou décrispation, au moment où sa mascarade de « dialogue » sur la CEI, vient de prendre fin et au moment où il organise des faux complots pour mettre à l’arrêt une quinzaine de gendarmes. Vous vous souvenez de la libération sélective de SORO KANIGUI, pendant que LOBOGNON, SOUL TO SOUL et autres, notamment, sont toujours détenus, alors même qu’ils ont été arrêtés ensemble pour les mêmes motifs. Vous vous souvenez également, que la contre partie pour SORO KANIGUI a été de déclarer son soutien au dictateur, alors même que l’on se souvient de l’assassinat ignoble de SORO KOGNON, compagnon de SORO KANIGUI par les sbires de OUATTARA

Justement que pensez-vous au sujet de l’arrestation des gendarmes dont vous parlez, pour tentative de coup d’état ?

Il ne faut pas oublier que Alassane OUATTARA entame la deuxième et la troisième phase de   l’instauration de sa dictature fasciste, à savoir :

  • D’une part, s’assurer une majorité factice aux législatives, régionales et municipales, sur le même modèle que la présidentielle, c’est-à-dire, par hold-up électoral en utilisant la violence, pour se donner un vernis de légalité, vis-à-vis de l’extérieur,
  • D’autre part, en mettant au pas nos forces de défense et de Sécurité, d’où les faux complots contre les gendarmes innocents.

Son dessein, à terme, est de remplacer nos braves officiers, sous-officiers, soldats, par ses miliciens étrangers.

La promotion de Apalo, s’inscrit dans ce schéma.  Ce dernier, qui joue le rôle de chef des miliciens de OUATTARA est chargé de donner la coloration ivoirienne, sous la supervision du « Maréchal » Ibrahim Ouattara.

Dans les faits, Apalo joue actuellement le rôle de Patron des forces de Défense et de sécurité. Ouattara, est à la recherche des modalités lui permettant de régulariser et officialiser cette situation.

Les rencontres du dialogue sur la CEI viennent de prendre fin. L’opposition n’a pas signé le rapport final, votre réaction ?

Les partis de l’opposition qui se sont rendus à ces rencontres devaient s’attendre à une telle situation, ils se sont fourvoyés inutilement.

Le dictateur est dans sa logique, il ne changera pas et ne fera aucune concession notable.

Ce dialogue n’est ni plus, ni moins, qu’une mascarade, pour « amuser la galerie », et tenter de faire accepter le fait accompli de son coup d’état.

Dès lors que nous sommes d’accord pour qualifier ce régime de dictature, comme c’est le cas aujourd’hui pour l’ensemble de l’opposition unie, alors il faut en tirer les conséquences, à savoir organiser la RESISTANCE par la mobilisation populaire, il n- y a d’autres alternative.

Il ne faut point se faire d’illusions, le pire est à venir de la part du dictateur.

Les arrestations dont vous venez de parler l’attestent.

Toutes les composantes de la nation sont concernées, il s’agit de sauver notre patrie commune. Personne ne doit être absent à l’appel.

Quel message avez-vous à lancer aux Ivoiriens, pour le nouvel an,

Justement, je m’adresserai à la nation, par un message solennel, pour la première fois, compte tenu de la gravité de la situation que traverse le pays ce JEUDI 31 DECEMBRE 2020 à 13 H (heure d’Abidjan) sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/83023386999

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Assemblée nationale : les députés adoptent "à l'unanimité" le calendrier des travaux de la session ordinaire

Rencontre Duncan-Affi : Voici les points abordés au cours des échanges