Lutte contre l’excision et le mariage forcé : Naky Sy Savané s’engage à travers la campagne "Atégban- ça ne chauffe pas"





Excision, mariage forcé,  Naky Sy Savané, violences  faites aux femmes,


Le train de la lutte contre l’excision et le mariage précoce est lancé. Le samedi 6 février à la faveur de la Journée Internationale de la Tolérance Zéro à l’égard notamment de l’excision et du mariage précoce, l’activiste et comédienne ivoirienne basée à Marseille, en France, a lancé son Challenge intitulée " Atégban-Ça ne chauffe pas" via son profil Facebook.
 Pour la promotrice du Festival International du film des lacs et lagunes (Festilag), par ailleurs présidente de l’ONG, l’Union des Femmes du Monde Gams-Sud, qui se bat maintenant depuis 10 ans contre les violences faites aux femmes, il faut se réarmer pour contre le retour en force de l’excision et du mariage précoce.
" Depuis l’adolescence, je me suis engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Notamment les violences liées aux traditions. Comme l’excision, le mariage forcé et précoce. Aujourd’hui l’heure est grave. Le Covid est passé par là. Les violences intra-familiales ont augmenté. Le nombre de fille excisé a explosé. Le nombre de fille marié de façon précoce a explosé aussi parce que les écoles sont fermées. C’est pourquoi, j’invite tout le monde à se joindre à moi pour prendre le train de la lutte contre l’excision. Le train de la lutte contre le mariage précoce pour aller jusqu’à la gare. Et ça ne chauffe pas. Atégban", a-t-elle expliqué. 
A en croire Naky Sy Savané, pour l’édition 2021 de la "Journée Internationale de la Tolérance Zéro" à l’égard de l’excision la campagne de sensibilisation a été lancée sur tous les réseaux sociaux et sur toutes les chaînes de télévision en Afrique et dans les médias locaux des pays du continent.
Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Mode/ Awards du mannequinat africain 2019 : les lauréats connus le 19 Octobre en présence de Mme Samira Bawumia,

Coronavirus: la Côte d’Ivoire enregistre son premier décès