Législatives 2021 : Le politologue Geoffroy Julien Kouao explique pourquoi le député est un acteur de développement





legislatives-2021-le-politologue-geoffroy-julien-kouao-explique-pourquoi-le-depute-est-un-acteur-de-developpement


Les Ivoiriens sont appelés aux urnes le 6 mars 2021 pour élire les 255 députés devant siéger à l’Assemblée nationale. Avant la date du scrutin à proprement parler, les 1. 266 candidats dont les dossiers ont été retenus iront à l’assaut des électeurs pour vendre leurs projets.

Ce sera l’occasion pour les candidats de promettre monts et merveilles aux populations.

Dès lors, la question qui mérite d’être posée est de savoir le rôle du député et ses marges de manœuvre qui pourraient lui permettre de réaliser ces promesses. En d’autres termes, le député est-il un acteur de développement ?

Sur la question le regarde de Pressecotedivoire.ci s’est tourné vers Geoffroy Julien Kouao, écrivain et politologue. (Interview)

Quel est le rôle exact du député et quels sont ses marges de manœuvres en faveur des populations ?

Le rôle premier et principal du député est de légiférer, c’est à dire voter la loi. Le député vote la loi et Contrairement à une opinion admise, le député est un acteur de développement. C’est avec la loi qu’on change la société. L’auteur de la loi, c’est justement le député, législateur par excellence.  Quand, un candidat à la députation dit aux électeurs qu’il va construire des écoles, des hôpitaux, des routes, augmenter le pouvoir d’achat des populations, créer des emplois, il ne dit pas faux. Il est dans le politiquement correct. Il en a la compétence, le pouvoir. Tous ces travaux suscités relèvent de la dépense publique et celle-ci est définie par la loi de finances, c'est-à-dire, le budget. La loi de finances est votée par le député. On comprend alors toute l’importance des membres de l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui, le parti au pouvoir et l’opposition cherchent à avoir la majorité à l’Assemblée nationale. Quels sont les avantages et inconvénients de cette position de leader ?

Après l’élection présidentielle organisée dans des conditions particulières, l’élection des députés est un excellent instrument de mesure pour savoir où se trouve réellement la légitimité politique en Côte d’ivoire. Une défaite du RHDP fragiliserait le président de la république. Une défaite de l’opposition renforcerait le RHDP et donnerait toutes les cartes politiques au président de la république pour déterminer et conduire sa politique nationale.

Si l’opposition ivoirienne arrive à avoir la majorité, que pourrait-il arriver ?

Si l’opposition remportait les législatives du 6 mars prochain, le président de la république serait dans une posture politique inconfortable. Il ne pourra pas gouverner. Pourquoi ? La raison est toute simple. Le président de la république est, constitutionnellement, une autorité administrative. A ce titre, il est le détenteur exclusif du pouvoir réglementaire. Celui-ci s’exerce pour mettre en application la loi. La loi précède le décret. Certes, le président de la république a l’initiative de la loi, c’est vrai. Mais, si la majorité parlementaire est du côté de l’opposition, aucun de ses projets de loi ne pourra prospérer à l’hémicycle. Ils seront purement et simplement rejetés. Le président de la république serait alors, un roi nu.  Par ailleurs, la nomination du vice-président de la république pourrait lui être imposée par l’opposition, en ce sens que la constitution dispose que le président de la république nomme le vice-président de la république en accord avec le parlement.

 Interview réalisée par Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Alassane Ouattara au 33e Sommet de l'Union africaine

Football : Le geste de Gervinho qui a impressionné le monde