Programme d’urgence hydraulique rurale: Ahoua N'Doli et Laurent Tchagba lancent les travaux de deux châteaux d’eau dans le Moronou





programme-durgence-hydraulique-rurale-ahoua-ndoli-et-laurent-tchagba-lancent-les-travaux-de-deux-chateaux-deau-dans-le-moronou


Le ministre de l’Hydraulique, Laurent Tchagba, accompagné de  l’Inspecteur général d’Etat, Ahoua N’Doli, fils de la région du Moronou,  a procédé au lancement des travaux de deux châteaux d’eau du système multi-villages à Afferé 2 et Yobouessou dans la sous-préfecture d’Andé et département de Bongouanou.
Les cérémonies qui se sont déroulées le samedi 20 février ont été des  occasions de joie pour les populations qui souffrent, selon leurs différents portes-parole, en saison sèche, du problème crucial de manque d'eau potable.
A Afféré 1 et 2, le ministre Laurent Tchagba a rappelé que les 8150 habitants sont alimentés en eau potable à partir d’hydraulique villageoise (pompe à motricité humaine) et d’Hydraulique villageoise améliorée (HVA). 
"Des infrastrures devenues vétustes, voir inexistantes, provoquant par la même occasion des difficultés d’approvisionnement en eau potable obligeant les habitants à se tourner vers les puits et les marigots sources de maladies hydriques. Face à la situation, les deux localités Afferé 1 et 2 ont été inscrits dans le programme d’urgence hydraulique urbaine pour la réalisation d’un château d’eau multi-villages, d’un coût global de 358 millions Fcfa", a-t-il expliqué.
Les travaux s’exécuteront en six mois permettront d'offrir de l’eau aux populations des localités bénéficiaires avec un volume de 264m3/j jusqu’en 2033. 
Dans l'après-midi du même samedi, ce sont les habitants de Yobouessou qui reçu  les délégations ministérielles pour la même cause. Ici, le château d'eau qui sera livré dans 6 mois permettra de mettre fin au calvaire d’eau dans ladite localité, ainsi qu'à Bénéné 1 et 2. 
A ce sujet, le ministre Tchagba a une fois de plus souligné que les localités de Benéné et Yobouessou sont alimentées en eau à partir des HVA pour Bénéné et trois pompes à motricités humaine pour Yobouessou. 
"Mais avec l’augmentation des populations au fil des années estimées à 7.280 habitants à ce jour et la vétusté des infrastructures hydrauliques existantes, les besoins en eau potable se sont accrus et s’élèvent à environ 173 m3/J. Obligeant les habitants à se tourner vers les puits et les marigots sources de maladies hydriques", a-t-il déclaré. Avant de préciser que ce projet d’un coût global de 353 millions FCfa s’exécutera en 06 mois et qu'il  permettra de produire 242 m3/jour pour couvrir les besoins en eau potable des 8.439 habitants de Bénéné 1 et 2 et de Yobouessou jusqu’en 2033.
En sa qualité de fils de la région, l’Inspecteur général d’Etat, Ahoua N’Dohi, s’est réjoui de ces différents projets qui permettent d’améliorer les conditions de vie de ses parents du Moronou. Il les a par ailleurs appelé à faire plutôt la politique de développement pour leur bien-être tout en exhortant les cadres de la région à cesser d’activer le feu. 
"Chers parents, ce qui s’est passé lors de la présidentielle ne nous honore pas. Nous ne devons  nous battre désormais que pour le développement et non autre chose.  Donnons nous la main faire avancer notre région car nous sommes déjà trop en retard par rapport à notre développement", a exhorté Ahoua N’Dohi.
Au nom des populations des localités bénéficiaires, Amani Koua Norbert, cadre de la région a rendu un hommage au gouvernement et au président Alassane Ouattara pour toutes les actions de développement en leur faveur. Pour lui, tous ces projets permettront d’une part d’améliorer la santé des populations et d’autre part de réduire les corvées d’eau imposées aux femmes, aux enfants et particulièrement aux filles qui pourront désormais se consacrer à leurs études.
Ce dimanche 21 février 2021, le ministre Laurent Tchagba  précédera à l’inauguration du château d’eau d’Agbossou dans le département de Bongouanou d’un coût de 327 millions Fcfa avec un débit de 528 m3/j. 
Solange ARALAMON 
 

En lecture en ce moment

Echec et mat

Décès d’Amadou Gon Coulibaly : Ahmed Bakayoko pleure son "grand frère"