Côte d'Ivoire / Coopération ivoiro-japonaise : Abidjan bientôt doté de 3 nouveaux échangeurs







L a cérémonie de signature d'échange de notes relatifs au projet d’aménagement de l’échangeur d’amitié ivoiro-japonaise phase 2 s’est tenue, ce Mardi 08 janvier 2019, au cabinet du ministre des Affaires étrangères de la République de Côte d’Ivoire. Les notes de ce projet ont été signées par l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon, son Excellence Hideaki Kuramitsu, et le ministre des Affaires étrangères de la République de Côte d’Ivoire, SE Marcel Amon-Tanoh, en présence du ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, M. Amedé Kouakou. Cet accord signé entre ses deux gouvernements est un don du gouvernement japonais d’un montant de 5,27 milliards de Yens, soit environ 25,135 milliards Francs CFA. Grâce à ce don, un 3ème passage supplémentaire sera ajouté en hauteur dans le sens  Marcory-Treichville sur l’échangeur en cours de réalisation au carrefour Solibra et permettra ainsi de décongestionner les embouteillages entre l’aéroport et le Plateau. Le 17 Décembre 2018 déjà, une signature d’échange de notes avait eu lieu entre les gouvernements japonais et ivoirien. Il s’agissait du Projet de construction de 3 échangeurs dans la ville d’Abidjan, et cette fois ci le projet était financé à titre de prêt à hauteur de 16,137 milliards de Yens, soit environ 80,685 milliards Francs CFA. Ce projet vise à réaliser des échangeurs à 3 carrefours du boulevard François Mitterrand reliant le cœur d’Abidjan au quartier Résidentiel de la Riviera. Ici aussi, il sera question de décongestionner les embouteillages sur cet axe très prisé par les populations ivoiriennes. Ainsi dans le but de promouvoir les échanges commerciaux et revitaliser le secteur privé, l’ambassadeur du Japon a tenu à préciser que la haute technologie japonaise sera utilisée dans l’exécution de ce projet et qu’en plus, un transfert de technologie sera fait. L’amélioration des infrastructures de transport renforcera le rôle de la ville d’Abidjan en tant que "Hub" de l’Afrique de l’Ouest.

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Demande d’informations d’intérêt public : l’APDH donne des pistes

Ces prophètes de malheur