La CAF annule la CAN U17 au Maroc à cinq jours du coup d’envoi





la-caf-annule-la-can-u17-au-maroc-a-cinq-jours-du-coup-denvoi


La CAN des moins de 17 ans (U17), prévue au Maroc, vient officiellement d’être annulée suite à une réunion du comité d’urgence de la Confédération africaine de football (CAF), alors qu’elle devait débuter samedi 13 mars 2021.

Cette décision, prise lundi, fait suite à la mesure prise par les autorités marocaines, qui ont fermé leur espace aérien jusqu’au 21 mars inclus pour cause de Covid-19 avec une vingtaine de pays dont certains faisaient partie des qualifiés qui devaient rejoindre le Maroc avant le coup d’envoi.

«Le Comité d’urgence de la CAF s’est réuni ce lundi 08 mars 2021 à Rabat, au Maroc pour statuer sur la tenue de la Coupe d’Afrique des Nations U17 Total 2021. Il a pris connaissance des contraintes auxquelles sont confrontées certaines des associations membres participantes ainsi que le pays hôte. Il en ressort que la pandémie de coronavirus continue de présenter d’importants défis pour l’organisation d’événements sportifs internationaux”, a rapporté le communiqué de CAF.

“En prenant en compte l’annulation par la FIFA de la Coupe de Monde moins de 17 dont la CAN U-17 n’était plus qualificative, le Comité a, en outre, constaté la résurgence de la pandémie de Covid19, l’alourdissement des restrictions sur les voyages internationaux et l’incertitude sur l’évolution de la situation. Pour toutes ces raisons, le Comité décide de l’annulation de l’édition 2021 de la Coupe d’Afrique des Nations U17 Total», conclut le communiqué.

Un report ou une délocalisation de la compétition dans un autre pays avaient été envisagés, mais ces alternatives n’ont finalement pas été sélectionnées. Pour rappel, la FIFA a elle-même annulé la Coupe du monde U17 2021 et l’annulation de la CAN U17 n’aura donc pas d’impact à ce niveau-là.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

La rédaction de Pressecotedivoire.ci cambriolée, du matériel informatique emporté

Manifestations au Liban: Beyrouth comme un champ de bataille