Presse : les éditeurs en séminaire pour élaborer un programme triennal, "la boussole" à la réalisation de leurs activités





presse-les-editeurs-en-seminaire-pour-elaborer-un-programme-triennal-quotla-boussolequot-a-la-realisation-de-leurs-activites


Les membres du Groupement des éditeurs de presse (GEPCI) se sont retirés depuis ce vendredi à Grand Bassam pour un séminaire interne en vue d’élaborer un programme triennal qui devra leur servir de boussole à la réalisation de leurs activités.

A l’ouverture de ce séminaire, le président du Gepci,  Zohoré Lassane a salué la présence de ses adversaires d’hier Lucien Agbia et Ousmane Sy Savané qui aujourd’hui sont membre du bureau exécutif.

"Le Congrès terminé, je pense dans l'intérêt du GEPCI qu'il faut aller au-delà de mon programme pour puiser aussi dans ceux de mes adversaires d'hier et aujourd'hui membres du bureau exécutif", a dit Zohoré Lassane pour qui ce présent séminaire représente une "opportunité pour matérialiser ce souhait et s’impose comme une nécessité pour élaborer un programme triennal qui va servir de boussole à la réalisation des activités du Bureau exécutif".


Poursuivant, il a estimé que cette assise est une opportunité à saisir pour les éditeurs de presse, un moment nécessaire et indispensable pour questionner, jeter un regard rétrospectif sur le passé, analyser et réfléchir sur le présent pour se projeter et réinventer ensemble le futur.

"Oui, il apparaît urgent et indispensable de réinventer notre secteur d’activité", s’est-il justifié.

Durant deux jours, les éditeurs devront penser à impulser de nouvelles orientations à leur  organisation, renforcer et le fonctionnement et la gouvernance de l’administration, élaborer le plan triennal du bureau adapté aux nouveaux défis et aux nouvelles exigences, dynamiser la visibilité tant sur le plan national qu’international et réfléchir et faire des propositions sur la question du régime fiscal des entreprises de presse en Côte d’Ivoire.

Comme vous le voyez, le travail qui nous attend est énorme et demande notre total engagement, notre détermination mais surtout notre concentration féconde pour sauver notre secteur sinistré, a insisté M. Zohoré martelant qu’au-delà des « mesures cosmétiques » pour sauver les apparences, les entreprises de presse demeurent sans assistance.

"C'est cela la triste réalité", a regretté le président du Gepci qui avait à ses côtés ses deux premier vice-présidents Lucien Agbia et Ouattara Siagnan et d’appeler ses pairs à compter désormais sur leurs propres forces pour continuer d'exister et à "retrousser les manches".

Il a saisi l’occasion de cette rencontre pour rendre un hommage à ses prédécesseurs qui selon lui ont tant fait pour le groupement en plaçant la barre très haute.

"Si le Gepci est devenu aujourd’hui un acteur majeur dans le secteur des médias, nous le devons à leurs visions et à leurs leaderships", a-t-il reconnu.

Le thème de cette assise est, "un gepci fort pour booster la viabilité économique des entreprises de presse", note-t-on.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Législatives à Man : Albert Flindé et Konaté Sidiki reçoivent les bénédictions de la grande famille des Diomandé et domptent Zélé

Lutte contre le Sida : Des journalistes ivoiriens formés aux objectifs des 3x90