Le modérateur Cyrille Lévesque annonce la construction d’une école primaire pour les enfants démunis (interview)





le-moderateur-cyrille-levesque-annonce-la-construction-dune-ecole-primaire-pour-les-enfants-demunis-interview


Dans un entretien le modérateur Cyrille Lévesque, premier responsable de la communauté immaculé conception a fait le bilan de son ministère. Il a profité de l’occasion pour passer en revue les différentes actions menées pendant les seize années de son œuvre. L’homme de Dieu a mis un point d’honneur sur le projet de construction d’une école primaire qui sera totalement gratuite pour les enfants déshérités.

Quel bilan faites-vous de ministère aujourd’hui ?

C’est environ 16 ans de ministère que l’Eternel me fait grâce de comptabiliser aujourd’hui. Je pense qu’aucune traversée ici-bas n’est facile. Même lorsque le peuple d’Israël sortait de l’Egypte, le peuple a eu en face de lui la mer rouge. Et cette traversée n’a pas été facile sans l’intervention de Dieu. Le parcours à mi-chemin il est sur deux angles de la vie. Il est négatif et aussi positif. On s’appuie toujours sur le côté négatif pour se perfectionner. Dans le ministère l’épreuve nous aide à avancer. Alors dire la communauté immaculée conception a atteint la perfection, c’est se tromper. Cependant nous tendons vers la perfection. Malgré les difficultés rencontrées.

 

Sur le plan social, la communauté immaculé conception a pour vocation l’éducation par le social. Nous avons pour ambition de construire une école gratuite primaire pour tous les enfants déshérités en Côte d’Ivoire. Peu importe leur ethnie. Les enfants iront dans cette école gratuitement. Du CP1 jusqu’au Cm2. Nous comptons par ailleurs construire une école secondaire de la 6ème à la 3ème . A travers cette école nous engerons une lutte contre l’excision. Et nous ferons la promotion des droits et devoir de la jeune fille.

 

Pendant que la Covid-19 battait son plein dans notre pays, j’ai eu à cœur de venir au secours des populations. Et cela m’a permis d’aller dans le pays profond à la rencontre des populations. J’ai touché du doigt la souffrance qu’endurent nos populations. Le déclic est venu d’un enseignement sur le riche et le pauvre Lazare. Et une voix divine m’a demandé d’aider des personnes dans cette période difficile que traversait la Côte d’Ivoire. Après trois jours de prière j’ai lancé un appel sur les réseaux sociaux, à mes amis et connaissances. Ils ont tous réagi. Pendant huit à neuf mois nous avons parcouru les contrées du pays. Dans les quartiers précaires, nous avons vu les gens dans la précarité indescriptible. Des pères de famille et toute une famille abandonnée à leur propre sort. Nous avons distribué des vivres et non vivres. Ainsi que des fournitures aux élèves. Tout s’est bien passé. A M’Bato par exemple, nous avons organisé un arbre de noël qui a rassemblé plus de 500 enfants. Nous leur avons tous distribué des cadeaux et des vivres. La joie se lisait sur tous les visages. C’était cela notre satisfaction.

 

Comment les populations ont perçu toutes ces actions ?

 

Au début, certains ont perçu l’action sur l’angle politique. Nous étions obligé de leur signifié que ce n’était pas un acte politique. C’était un acte de foi. En tant que chrétiens, nous sommes appelé à poser ces genres d’actions. Nous sommes allés de porte à porte. Les bénéficiaires ont salué l’action qui venait à point nommé. Nous sommes allés dans un quartier où tout le monde a salué l’acte en pleurant. Ça fait grandir l’essence de l’amour du prochain en moi. C’est extraordinaire d’écouter des enfants vous parler avec leur cœur. Depuis ce jour ma relation avec les pauvres s’est approfondie.

 

Vous pensez que c’est votre vocation ?

Je n’y pense pas. Mais je crois que c’est mon appel. C’est un appel qui vient de Dieu. Quand je vois ce que le seigneur fait à travers ces gestes que nous posons dans la vie des populations. Cela a un véritable impact. Nous avons injecté plus sept millions dans ces actions salvatrices sans rien attendre derrière. C’est une action qui vient du cœur. Dieu prévoit beaucoup de chose pour nous. Nous lançons l’appel pour la construction de l’école primaire. Les enfants ne paieront rien. Ni sac, ni tenue scolaire. Tout leur sera donné gracieusement.

 

GZ avec Sercom 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Situation politique en Côte d'Ivoire : Benjamin Téhé, délégué Lider Autriche-Allemagne cogne le pouvoir

Réélection de Ouattara : "Ce plébiscite témoigne de la confiance d’un peuple solidaire de l’action du Président" (Adjoumani)