Tribunal militaire d’Abidjan : un officier supérieur et 2 sous-officiers de la gendarmerie condamnés à 20 ans de prison





tribunal-militaire-dabidjan-un-officier-superieur-et-2-sous-officiers-de-la-gendarmerie-condamnes-a-20-ans-de-prison


Un officier supérieur et 2 sous-officiers de la gendarmerie nationale ont été jugés, reconnus coupables et condamnés à 20 ans de prison au tribunal militaire d’Abidjan.

"Ce verdict servira de leçon à ceux qui pensent qu’ils peuvent dégainer facilement leurs armes et tuer les autres. La gendarmerie est un corps d’élite et n’a pas besoin de ces cow-boys à la gâchette facile", a déclaré le commissaire du gouvernement, Ange Kessi, au terme de la procédure.

Les faits qui ont conduit à la condamnation de ces éléments de la gendarmerie remontent à 2015. Ce jour-là, les Mdl LBG Elvis et C. Ibrahima, en patrouille dans le secteur de Ferké, interpellent monsieur Yéo T. qui était à vélo et rejoignait la ville. La fouille corporelle permet aux gendarmes de découvrir une importante somme d’argent sur lui. Ils rendent compte à leur supérieur, le commandant B.S. (capitaine au moment des faits). Ce dernier, une fois sur les lieux, conduit l’infortuné Yéo T. en brousse et reviens quelques instants plus tard, sans ce dernier. Il venait de l’abattre.

À la barre, l’officier supérieur reconnaît avoir abattu Yéo T. Ils précise toutefois qu’il a cru que c’était un coupeur, au regard du compte-rendu qui lui a été fait par ses éléments.

À l’époque, cette affaire avait créé de violentes manifestations dans la ville de Ferké. Les locaux de la préfecture avaient même été saccagés. Car, Yéo T. était connu par tous comme un individu sans histoires et un responsable de coopérative.

Avec cette condamnation, c’est un signal fort à l’endroit des éléments des forces de défense et de sécurité véreux qui sont prêts à tout, et même à tuer pour de l’argent.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Le journaliste écrivain Lébry Léon Francis s’est éteint

5e congrès du GEPCI: Lassane Zohoré ( nouveau président): Le plus important, c'est le travail que nous allons faire avec les éditeurs de presse"