Diplomatie Ivoirienne : L’Amabassadeur Charles Gomis est décédé ce vendredi





diplomatie-ivoirienne-lamabassadeur-charles-gomis-est-decede-ce-vendredi


Le diplomate ivoirien  Charles Gomis, qui fut un proche du président Félix Houphouët-Boigny, est décédé ce 16 juillet à Paris à l’âge de 81 ans. La Côte d’Ivoire perd l’un de ses ambassadeurs les plus emblématiques.

Selon "Jeune Afrique", qui a confirmé l’information de sources familiales, Charles Gomis était un pilier, une mémoire et un  guide pour plusieurs diplomates ivoiriens.

Embauché en tant que stagiaire par un certain Henri Konan Bédié, alors ambassadeur de Côte d’Ivoire à Washington, Charles Gomis est devenu le directeur de cabinet de ce dernier lorsqu’il est devenu ministre de l’Économie et des Finances, en 1967. Le natif de Grand-Bassam, qui n’avait alors que 27 ans, restera à ce poste jusqu’en 1973. Ce diplômé de l’Université de Californie, siègera ensuite au conseil d’administration de plusieurs entreprises publiques. Il siègera également à cette époque au conseil de surveillance de la Bourse des valeurs d’Abidjan, où il sera l’un des artisans de l’ouverture de l’économie ivoirienne à la capitalisation boursière, voulue par Houphouët-Boigny.

Sa carrière de diplomate, sous Félix Houphouët-Boigny, l’a mené de Washington à Brasilia en passant par Bogota. Nommé ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement formé par Seydou Diarra, en mars 2000, Charles Gomis quittera le gouvernement en octobre de la même année pour rejoindre le groupe Sifca (Société immobilière et financière de la côte africaine). Il n’en abandonnera pas pour autant son bâton de diplomate. En 2002, il rejoint la Mission des Nations unies au Congo (Monuc), dont il dirigera le bureau en Ituri, dans l’est de la RDC, en 2006 et 2007. De 2013 à 2020, il fut ambassadeur de la Côte d’Ivoire en France, au Portugal et à Monaco. Poste qu’il occupa jusqu’en 2020. Cette année-là, le président Alassane Ouattara le nomme sénateur. Charles Gomis était depuis le 2e vice-président de la chambre haute du Parlement ivoirien.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

DIEU REPOND AUX QUESTIONS

Massacre de Duékoué en mars 2011 : Amadé Ouérémi ‘’ Qu’on appelle les deux responsables (…) Gbagbo et Alassane Ouattara ‘’