Côte d'Ivoire: Guillaume Soro a t-il perdu la sérénité?





Côte d'Ivoire,Guillaume Soro


Après sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro a créé vendredi, un Comité Politique. Recevant la presse à son domicile à Marcory, Guillaume Soro a précisé que ce Comité Politique, qui n’est pas un parti politique, a pour mission de mener des réflexions sur les grandes questions d'intérêt national, de proposer des instruments et des cadres de promotion de la démocratie, de consolidation de l'Etat de droit et l'affermissement des valeurs républicaines.

A lire aussi: Côte d’Ivoire /Guillaume Soro crée un "Comité Politique" pour participer au débat politique

Mais là où plusieurs se posent des questions, c’est sur l’attitude de Guillaume Soro. Contrairement à l’homme qu’on connaît avec toute sa verve, c’est à un Guillaume Soro amorphe, esquivant des questions ou donnant des réponses laconiques que les journalistes ont eu affaire. 

Il a d'ailleurs planté le décor en annonçant aux journalistes qu'il ne s'agissait pas pour lui de prendre la parole.  Mais face à l'insitance de certains journalistes qui ont réfusé de se conformer à cette norme, étant donné que le communiqué invitant à cette conférence indiquait qu'il s'agira pour l'ex-président de l'Assemblée nationale ivoirienne de parler de son avenir politique. Guillaume Soro a donc été quasiment obligé de parler.

Avec beaucoup d’hésitations, l’ancien locataire du perchoir du Parlement ivoirien semblait chercher ses mots. Il était même pressé de mettre un terme à cette conférence qui a duré moins d'une quarantaine de minutes.

Avait-il peur, mais de quoi ou de qui? Surtout qu’il dit lui-même qu’il n’a pas peur. 

Pour notre part, c’est un Guillaume Soro pas très sûr qui s’est présenté devant les journalistes vendredi. 
Juste un avis.

Lambert KOUAME

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / Ministère de l’Éducation nationale : Un arrêté clarifie les rôles des proviseurs et des économes

Rihanna : son père passe à l’attaque contre elle