Affaire "Un mineur de 11 ans atteint mortellement son frère de 12 ans" : Le policier propriétaire de l’arme interpellé





affaire-quotun-mineur-de-11-ans-atteint-mortellement-son-frere-de-12-ansquot-le-policier-proprietaire-de-larme-interpelle


Le père de famille, propriétaire de l’arme qui a été utilisée par un mineur de 11 ans pour atteindre mortellement son frère de 12 ans, a été interpellé, informe des sources policières. Après le constat d’usage des éléments de la police scientifique et criminelle, le sergent de police Koffi Yapo Ghislain, en service à la 1ère compagnie de la CRS 2, a été appréhendé.
Nos sources nous informent qu’il est détenu actuellement à l’école de police, en attendant la poursuite des enquêtes. Quant aux auditions, elles se poursuivent pour situer les responsabilités dans cette affaire.
C’est le mardi 21 septembre 2021 que le docteur Aka Pascal du dispensaire Sœur Cathérine de Yopougon-Maroc, s’est rendu au commissariat du 17e arrondissement de Yopougon-Niangon, pour signaler la présence du corps sans vie d’un enfant. Selon lui, la mort serait due à un impact de balle à l’œil. L’officier de permanence qui s’est rendu au sein du centre de santé, pour confirmer les dires du médecin, a pu constater les faits.
Les instants suivants, le sergent de police Koffi Yapo Ghislain (Mle 16.878- Mécano 418.207-D) s’est présenté pour expliquer que les faits se sont produits à son domicile de Yopougon-Maroc. Selon lui, alors qu’il était sous la douche, son fils, Koffi Achille, 11 ans, en classe de 6e, s’est saisi de son arme de dotation, un PA de marque SIG Sauer, No 24B328309, qu’il avait déposé sous la mousse du divan de sa chambre, pour atteindre à bout portant le fils de sa femme, Kaboré Yacou, 12 ans, en classe de 6e également.
En attendant que les responsabilités soient situées, l’agent de police est pour l’instant détenu à l’école de police.

Modeste KONE

ph Archives

En lecture en ce moment

Réforme constitutionnelle, Guikahué répond à Ahoussou : "autant il se trouve de mauvais médecins, l’on peut aussi avoir de mauvais juristes"

Côte d’Ivoire/ Un important dispositif sécuritaire observé au Plateau