Réconciliation et cohésion sociale, terrorisme, développement, … : Kandia Camara porte un important message du président Ouattara à Antonio Guteress





reconciliation-et-cohesion-sociale-terrorisme-developpement-kandia-camara-porte-un-important-message-du-president-ouattara-a-antonio-guteress


En marge de la 76e assemblée générale des Nations unies, la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Diaspora, Kandia Kamissoko Camara, a eu une importante rencontre avec le secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU). En fait, elle était porteuse d’un message du président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara.

"Nous sommes venus lui porter un message du président de la République, SEM Alassane Ouattara, qui nous a demandé de lui transmettre ses chaleureuses salutations et surtout sa gratitude et celle du peuple ivoirien pour le soutien que le secrétaire général en personne et son organisation, ont toujours apporté à la Côte d’Ivoire", a-t-elle déclaré à sa sortie d’audience. Ajoutant : "Nous avons parlé des progrès réalisés par la Côte d’Ivoire, notamment dans le domaine de la paix, du renforcement de la cohésion, du développement et de la réconciliation. Nous avons informé la secrétaire général du processus de réconciliation qui a commencé en Côte d’Ivoire depuis 2011, mais qui s’est accentué avec les rencontres entre le président Alassane Ouattara et le président Henri Konan Bédié ; entre le président Alassane Ouattara et le président Laurent Gbagbo". Elle a informé le patron de l’ONU du retour massif de réfugiés ivoiriens : "sur plus de 300.000 réfugiés ivoiriens hors de la Côte d’Ivoire, plus de 290 000 ont rejoint la Côte d’Ivoire. Parce que la situation politique s’est améliorée".

La ministre a également abordé le sujet de la situation dans la sous-région, notamment au Mali et en Guinée qui ont connu des coups d'État. Elle a exposé sur la position de la CEDEAO qui exige l’organisation au plus tôt d’élections pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel et pour un retour à des régimes civils.

La cheffe de la diplomatie ivoirienne a fait part à Antonio Guteress de la préoccupation des États africains en général et de la Côte d’Ivoire en particulier sur l’insécurité due au terrorisme. Et son pays, qui en a pris bien conscience, a créé une Académie internationale de lutte contre l’insécurité. Elle a sollicité le soutien des Nations unies afin de permettre à cette dernière de jouer son rôle de formation dans la lutte contre le terrorisme. Elle a également réaffirmé le soutien du peuple ivoirien et de son chef d’État à toutes les actions des Nations unies en faveur d’un monde en paix, en sécurité et en développement.

Concernant le respect des droits de l’Homme, de l’environnement, et du genre, la cheffe de la délégation ivoirienne a relevé une convergence de points de vue entre le secrétaire général des Nations unies et le président Ouattara.

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Des organismes plaident pour la prise d’une loi moins répressive en faveur des usagers de drogue

Fif : le comité de normalisation fait son bilan après 8 mois d’activités