Mobile Money : Le syndicat des propriétaires de points de vente sur le pied de guerre





mobile-money-le-syndicat-des-proprietaires-de-points-de-vente-sur-le-pied-de-guerre


Dans un communiqué rendu public ce jeudi 21 octobre 2021, Coulibaly Félix, secrétaire général du syndicat des propriétaires de points de vente mobile money de Côte d'Ivoire (Synam-ci)  annonce une grève de "minimum 48 heures" pour protester contre les conséquences que le rabais va engendrer sur les commissions reçues par transaction et non des frais au retrait.

En effet, selon celui-ci, ce domaine d'activité est en perpétuel bouleversement en ce sens que les partenaires immédiats, ne sont en aucun cas consultés et informés lors des prises de décisions qui impactent négativement la suivie de leur activité en ce qui concerne le revenu sur leur investissement.

" Les commissions que nous percevons sont très faibles, très minables malgré tous les risques auxquels nous sommes confrontés tel que les agressions, les vols, les arnaques, les erreurs de dépôt qui restent souvent sans suite favorable. Les commissions perçus ne nous permettent pas de vivre pleinement de notre activité malgré les frais exorbitants prélevés sur le client final. Nous percevons moins d'un septième des frais prélevés (1/7) sur les montants", explique le secrétaire général du Syam-ci, dans le document.

"Nous considérons cela comme une injustice et un manque de respect des contrats. Si cela continue avec la baisse des commissions des prestataires, ce secteur d'activité serait suspendu sur toute l'étendue du territoire pour au minimum 48h dans les jours à avenir afin que la situation soit revue à la normale", menace-t-il.

Pour rappel, depuis le mercredi 20 octobre 2021, les opérateurs Orange Côte d’Ivoire, MOOV Côte d’Ivoire et MTN ont décidé de baisser les prix de leurs prestations au niveau des transferts (dépôts et retraits) d’argent. Histoire de s’aligner sur le nouveau concurrent Wave qui a fixé ses frais de transfert à 1% du montant.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Délocalisation de la gare de bus du campus : Les étudiants inquiets, la SOTRA s’explique

Humanitaire : deux organisations redonnent du sourire aux enfants de Sikensi