Secteur des transports : la grève des taxis-compteurs n’a pas eu lieu, les raisons





secteur-des-transports-la-greve-des-taxis-compteurs-na-pas-eu-lieu-les-raisons


La grève des taxis-compteurs n’a finalement pas eu lieu, ce lundi 25 octobre 2021, comme annoncé par les acteurs du secteur eux-mêmes. Ce matin, comme chacun a pu le constater, le transport n’a pas été perturbé ce matin et chacun a pu vaquer tranquillement à ses occupations.
Des informations en notre possession, les transporteurs ont décidé de surseoir à leur mouvement pour donner une chance aux négociations entamées avec les autorités d’aboutir. Surtout qu’il leur a été reproché de ne pas avoir suivi la procédure en vigueur en la matière, notamment le dépôt d’un préavis de grève. C’est pourquoi, au terme d’une rencontre à Abobo-Anador, les propriétaires de taxis-compteurs ont décidé de reporter leur mouvement pour ce lundi. Mais, précisent-ils, la grève pourrait se tenir à compter du 1er novembre 2021 si les négociations n’aboutissent pas.
Depuis environ une semaine, les propriétaires de taxis-compteurs ont décidé d’entrer en grève à compter de ce lundi 25 octobre 2021. Ils dénoncent la concurrence déloyale que leur font les taxis dotés des applications Yango et Uber. Selon eux, les véhicules dotés des applications de ces structures, qui sont pour la plupart des véhicules personnels, ne font pas face aux mêmes charges qu’eux. " "Nous avons trop de charges. L’assurance à elle-seule nous revient à 40 000 FCFA par mois. Sans compter les autres charges comme le district. Des véhicules personnels qui n’ont aucune charge liée au transport, parce qu’ils ont l’application Yango, se muent en taxi et nous font la concurrence. En tout cas, si les autorités ne prennent pas leurs responsabilités, nous allons prendre les nôtres", nous confiait, au début de ce mouvement, un responsable syndical.
La situation est d’autant plus grave que, nous révélait un autre propriétaire de taxis, grâce à l’Etat, dans le cadre du renouvellement du parc automobile, nous avons acquis, avec le Fonds de garantie du fonds de développement du transport routier, des véhicules neufs à crédit. Avec cette concurrence déloyale, comment pouvons-nous rembourser ce crédit ?
Autant de problèmes qui mettent les acteurs de ce secteur en colère.

Modeste KONE

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Covid-19 : le point de la situation du jeudi 3 septembre 2020

Libreville / L’intégralité du message des militaires à la radio nationale du Gabon