Protection de l’environnement : un partenariat pour transformer des déchets industriels en fertilisant naturel





protection-de-lenvironnement-un-partenariat-pour-transformer-des-dechets-industriels-en-fertilisant-naturel


La fabrication de produits industriels engendre la création de déchets parfois inutilisables et qui contribuent fortement à la dégradation de l’environnement. Le brasseur Brassivoire et la Société d’études et de développement de la culture bannière (SCB) qui l’ont si bien compris, ont décidé de signer un partenariat en vue de transformer des résidus inutilisés en fertilisants naturels.

De manière plus pratique, le partenariat signé ce vendredi 29 octobre 2021, va permettre au brasseur de fournir la levure de bière et la drêche à la SCB qui, à son tour, va en faire des fertilisants naturels destinés à enrichir le sol de ses plantations de bananes.

Cette initiative entre dans le cadre de la politique RSE du brasseur basée sur le triptyque environnement – social - consommation responsable. C’est pourquoi, dans le cas spécifique de l’environnement, il entend à travers ce partenariat, réduire au maximum possible les déchets issus de sa production.

"Notre ambition est de participer à la croissance d’une économie circulaire, c’est-à-dire, de désormais maximiser nos produits en donnant une seconde vie à nos intrants et sous-produits. Nous passons en d’autres termes de « prendre – faire – jeter » à « réduire – réutiliser – recycler » ", a expliqué Laurent Théodore, son directeur général. Ajoutant que son entreprise entend poursuivre des partenariats similaires.

Dominique Malezieux, Dg de la SCB, a dit en substance : "Pour nous, ce partenariat est la suite logique d’initiatives similaires entreprises depuis plusieurs années avec d’autres opérateurs économiques de l’agro-industrie, et la SCB n’entend pas s’arrêter en si bon chemin, pour la promotion d’une agriculture durable".

Modeste KONÉ

 

En lecture en ce moment

Deuil : Johnny Pacheco est mort

Côte d’Ivoire/ Le Conseil international consultatif du cajou (CICC) s’installe à Abidjan