Conférence internationale de la cour africaine des Droits de l’Homme : La mise en œuvre et l’impact de ses décisions au centre des débats





conference-internationale-de-la-cour-africaine-des-droits-de-lhomme-la-mise-en-oeuvre-et-limpact-de-ses-decisions-au-centre-des-debats


Du 1er au 3 novembre se tient au Julius Nyerere international convention centre, "la Conférence internationale sur la mise en œuvre et l’impact des décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples : défis et perspectives". Cette conférence a pour objectif principal d’emmener les pays membres à respecter et appliquer les arrêts et décisions de la Cour. En effet, sur un grand nombre de décisions prises, la Cour n’enregistre seulement que 7% d’effectivité dans les applications. Un pourcentage inquiétant qui interroge sur le poids des décisions de la Cour africaine et met à mal sa crédibilité.

Selon la présidente de la Cour, l’Honorable Juge Imani D. Aboud, "Le fait que seuls 7 % des décisions rendues à ce jour par la Cour africaine aient été exécutées constitue une source d’inquiétude car ce pourcentage très faible trahit la vision des États qui ont créé la Cour".

"Il s’agit là d’une situation alarmante dans la mesure où les États membres ont envisagé la Cour comme un maillon essentiel dans la réalisation du projet d’intégration continentale rêvé par les pères fondateurs de l’Union africaine", a-t-elle ajouté. Pour ce faire, la présidente et les nombreux experts africains qui  se sont réunis, ont proposé des solutions pour répondre à cette problématique.

Pour sa part, le représentant le Président du Gouvernement Révolutionnaire de Zanzibar, l’Honorable Haroun Ali Suleiman, a encouragé les pays membres à plus de créativité à l’issue de ces trois jours de réflexion.

Quatre séances de travail ont été enregistrées au menu de cette première journée. L’on note la présentation de l’étude sur la mise en œuvre des décisions de la Cour, par les Professeurs Frans Viljoen et Rachel Murray. Suivi "du partage d’expérience sur la mise en œuvre des décisions des cours et tribunaux internationaux". La journée de réflexion s’est achevée par un panel de discussion autour du thème "que faire pour faciliter la mise en œuvre des décisions de la Cour africaine ?".

Rappelons qu’en prélude à cette conférence, une formation sur la Cour a été effectuée à l’intention des médias africains du 28 au 30 octobre dernier.

Solange ARALAMON (Source : Evy D.)

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / Cybercriminalité : Les experts ivoiriens informés sur la Convention de Budapest

Côte d’Ivoire: Pulchérie Gbalet libérée