Fonctionnaires et agents de l'Etat : Un régime de retraite complémentaire pour quoi faire





fonctionnaires-et-agents-de-letat-un-regime-de-retraite-complementaire-pour-quoi-faire


L'Institution de prévoyance sociale - Caisse générale de retraite des agents de l'Etat (OPS-CGRAE) a lancé, le mardi 2 novembre 2021, le régime de retraite complémentaire par capitalisation au profit des fonctionnaires et agents de l’Etat. Dénommé La Complémentaire, ce produit permet à l'adhérent d'avoir un contrôle absolu sur la qualité de sa future retraite.

L'objet de ce régime est de permettre une bonification de la pension du fonctionnaire et l’agent de l’Etat afin que son niveau de vie à la retraite soit le plus proche possible de celui qu’il avait lorsqu’il était en activité. C'est une épargne flexible qui permet à l’adhérent de se construire une retraite sur mesure grâce à la possibilité qu'il a de procéder à des contributions additionnelles ou des versements libres.

En fait, ce régime permet au fonctionnaire ou à l'agent de l'Etat de bénéficier d'une rente viagère avec la possibilité d’avoir un capital de 20 %, un capital unique lorsque le droit à pension n’est pas acquis ou une réversion en capital unique aux ayants cause en cas de décès. C'est une épargne rémunérée, car elle assure au fonctionnaire et agent de l’Etat une rémunération à hauteur de 3,5% l’an et le versement d’une quote-part sur les revenus de placement, le cas échéant.

Les cotisations obligatoires sont directement retenues à la source par l’organisme employeur. Les contributions additionnelles sont prélevées par l’organisme employeur. Les versements libres sont directement effectués par l’adhérent auprès de l’IPS-CGRAE ou auprès du partenaire financier désigné par l’IPS-CGRAE.

Le taux de cotisation obligatoire est de 5 % du salaire de base prélevé directement à la source. Toutefois, l'adhérent peut également bonifier son épargne en optant pour des contributions additionnelles ou des versements libres. Il bénéficie, par souci de transparence, d'un compte dans les livres de l’IPS-CGRAE et alimenté par ses cotisations et versements.

Pour l'heure, il y a deux types d'adhésion. L'une qui est systématique et concerne tout fonctionnaire ou agent de l’Etat recruté après la date de signature du décret portant création du régime. Quant à l'adhésion volontaire, elle concerne les fonctionnaires et agents de l’Etat déjà en activité à la date de signature du décret portant création du régime.

La Complémentaire qui a pour vocation de permettre à l'adhérent de prendre le contrôle de la qualité de sa retraite, peut recourir à des cotisations optionnelles. Il s'agit des contributions additionnelles consistant en un montant à prélever (au minimum 5 000 FCFA) sur une période indiquée par l’adhérent et les versements libres représentant un montant à verser occasionnellement selon sa convenance. Mais là, le montant minimum requis est de 25 000 FCFA.

Un régime né d'un consensus

Le régime de retraite complémentaire par capitalisation est le fruit d'un consensus. En effet, avant sa mise en œuvre, l’IPS-CGRAE a conduit pendant plus d’un an, un processus inclusif de dialogue social avec l’ensemble des représentants des fonctionnaires et agents de l’Etat. Ce sont au total plus de 300 partenaires sociaux constitués, notamment, 36 organisations socioprofessionnelles incluant 11 faîtières, 5 centrales syndicales, 14 syndicats, 3 mutuelles corporatistes et 3 corps spécifiques ainsi que de 72 partenaires de l’administration publique. C'est donc une formule consensuelle, tenant compte des intérêts des fonctionnaires et agents de l'Etat, mais surtout pour le bien-être de ces derniers à la retraite, qui a été mis en place. Ce n'est donc pas "un prélèvement de trop" comme certains le crient déjà.

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Lutte contre les inondations : La Ministre Anne Oulotto visite les ouvrages d’assainissement

Côte d’Ivoire/ Participation aux COP : Le ministère de l’Environnement installe un comité permanent d’organisation