RGPH : Le PDCI-RDA crache ses vérités au pouvoir et demande une nouvelle prorogation des délais





rgph-le-pdci-rda-crache-ses-verites-au-pouvoir-et-demande-une-nouvelle-prorogation-des-delais


Mesdames et Messieurs les journalistes, merci d’avoir répondu si nombreux à l’invitation du PDCI-RDA à cette conférence de presse. Il s’agit pour notre Parti de donner son appréciation sur le 5ième Recensement Général de la Population et de l’Habitat de la Côte d’Ivoire, le RGPH 2021.

Comme vous le savez, Mesdames et Messieurs les journalistes, ce 5ième RGPH était prévu pour se réaliser du 8 novembre 2021 au 28 novembre 2021, soit en vingt-et-un (21) jours. Devant l’insuffisance des résultats, ce délai a été prolongé.

A lire aussi: Recensement général de la population et de l’Habitat : le parti de Gbagbo plaide pour la prorogation des délais

Mais à la date d’aujourd’hui, le taux de couverture est très faible. Ce qui dénote que la campagne de sensibilisation nécessaire pour susciter une forte adhésion des populations n’a pas été suffisante.

Le PDCI RDA, s’oblige à faire la présente communication pour exprimer ses préoccupations et attirer l’attention de tous, communautés nationales et internationales, sur les dysfonctionnements qui ont impacté négativement cette importante opération démographique et statistique de notre pays.

Rappelons que normalement et ce, conformément à la bonne pratique et aux normes internationales, un RGPH se fait tous les 10 (dix) ans.

Pour mémoire, on peut signaler que notre pays a fait son premier RGPH du 12 avril au 15 mai 1975 en 33 jours ; celui-ci a été conduit par des experts expatriés. Tous ceux qui ont suivi, l’ont été par des experts nationaux formés dans les années 1980-1987, en raison de l’importance capitale des données du RGPH, pour un pays. 

A lire également: Recensement général de la population et de l’habitat : le nouveau parti de Gbagbo apporte son soutien au gouvernement

Le deuxième RGPH s’est déroulé tout le mois de mars 1988 soit en 30 jours.  Le troisième a été conduit en 1998, du 21 novembre au 20 décembre soit également 30 jours. Quant au quatrième, qui devait se faire en 2008, il s’est réalisé du 14 avril au 15 juin 2014 soit en 45 jours, 16 ans après celui de 1998, à cause de la situation de crise que notre pays a connue pendant les années 2002 à 2011.

Il convient de préciser, dès lors, que le cinquième RGPH est hors-série décennal. Pourquoi cela ? Quelle est l’urgence, la nécessité et l’utilité d’un RGPH avant 2024, si l’objectif principal est une meilleure connaissance des effectifs, de la structure et des caractéristiques sociodémographiques de la population vivant en Côte d’Ivoire ?

Les déclarations de M. le Directeur Général de l’INS, la structure en charge de cette importante opération, lors de son passage sur le plateau de la télévision ivoirienne le 7 novembre 2021 nous donnent des raisons de nous inquiéter quant à l’objectif réel assigné à ce RGHP hors fréquence décennale. Souvenons-nous qu’invité sur le plateau de la RTI, à l’émission : « le 13 H de RTI », M. le Directeur Général de l’INS, déclarait que « le RGPH est la base du Registre National des Personnes Physiques (RNPP) de notre pays, qui produira la liste électorale. »

Cette déclaration vient consolider nos inquiétudes en montrant que la précipitation du 5ème RGHP obéirait plus à des impératifs électoralistes qu’à des impératifs de politiques publiques.

En effet, tel qu’anticipé, le RGHP 2021 ne peut atteindre ses objectifs à cause de la faible adhésion des populations d’une part, et d’autre part, à cause des nombreuses impasses commises par les agents recenseurs dues à la non maitrise des innovations. Sur le terrain, plusieurs ménages ont été ignorés dans la numérotation des logements, nombre de domiciles ont été considérés comme non habités alors que les habitants peuvent être absents de chez eux pour des raisons notamment professionnelles… Des habitants attendent toujours la visite des agents recenseurs, très peu visibles dans la cité.

Lire sur le même sujet: Recensement général de la population et de l’habitat : le nouveau parti de Gbagbo apporte son soutien au gouvernement

Par ailleurs, contrairement à la déclaration du Directeur Général de l’INS, selon laquelle, « le RGPH est la base du Registre National des Personnes Physiques (RNPP) de notre pays, qui produira la liste électorale » le PDCI RDA affirme que le RGPH, le RNPP et la liste électorale sont trois opérations non superposables.

Le PDCI-RDA rappelle que le RGPH est une opération anonyme et purement démo-statistique visant à déterminer toutes leurs caractéristiques sociodémographiques (conditions de logement, effectif, âges, occupation, niveau d’instruction, état matrimonial, le sexe, etc.) et à collecter les informations relatives aux conditions de vie des populations (accès à l’eau potable, à l’électricité, internet, médias etc.) Les données recueillies à travers cette opération de dénombrement de la population sont obtenues à travers un questionnaire administré à des personnes dont les réponses et les identités sont simplement déclaratives.

En aucun cas donc, le RNPP, qui est un fichier d’identification, ne peut être bâti à partir d’un fichier « sans nom » donc anonyme, résultant du RGPH soumis au secret statistique. 

Quant au RNPP, il se fonde sur les informations relevant de l’Etat civil des personnes, car l’état civil est ce qui matérialise, pour chacun, la naissance administrative après la naissance biologique et fait de chaque individu le citoyen d’un territoire donné.

Le PDCI RDA appelle l’attention d’une part, de la Communauté nationale en l’occurrence, les partis politiques, la société civile et d’autre part, celle de la communauté internationale sur le fait, qu’il n’est pas possible de constituer un fichier appelé RNPP à partir des données du RGPH dont on ne peut, en conséquence, extraire la liste électorale.

On ne peut coupler le RGPH avec une opération d’identification, la différence des produits ou des données attendues nécessite une différence des modes opératoires

C’est aussi le lieu de rappeler que pour éviter de commettre une telle erreur, lors du RGPH de 2014, le Gouvernement a renoncé à le coupler avec le recensement électoral de sortie de crise. Aussi, les deux opérations ont-elles été séparées en 2014.

Le PDCI RDA observe, en outre, qu’en dépit du prolongement de la phase du dénombrement de la population, cette opération RGHP risque d’avoir un taux de couverture relativement faible, malgré son coût élevé estimé à plus de 29 milliards de F CFA.

Au regard de la réalité du terrain, le PDCI RDA lance un appel au gouvernement et lui demande d’autoriser une deuxième prolongation tout en prenant surtout toutes les dispositions techniques, technologiques, logistiques et organisationnelle nécessaires pour atteindre les objectifs de cette importante opération.

Le PDCI-RDA lance également un appel aux populations non encore recensées et leur demander de recevoir et d’interpeller les agents recenseurs ou d’appeler l’INS pour réclamer les agents, car le RGPH est un outil de développement nécessaire pour tout Etat qui met l’HOMME au centre du développement comme l’a enseigné le père fondateur du PDCI RDA qui parlait de Développement pour l’Homme, de l’Homme, par l’Homme.

Pour conclure, le PDCI RDA réaffirme qu’en aucun cas, le RGPH ne peut constituer la base du RNPP de la Côte d’Ivoire.  C’est tout à fait le contraire. Avec un BON RNPP, la Côte d’Ivoire n’aura plus besoin de faire de RGPH classique si coûteux et si compliqué.  Comme dans des pays développés, ce sont de simples enquêtes de couverture qui seront nécessaires pour consolider le RNPP, en vue de son exploitation à des fins démo-statistiques.

Le PDCI RDA invite, dès lors, les autorités en charge de cet important outil, à veiller à l’exhaustivité de cette opération qui, seule peut en garantir la bonne qualité.

 Fait à Abidjan le 6 décembre 2021

Le Coordonnateur Général

NIAMKEY KOFFI

En lecture en ce moment

MUGEF-CI : Mesmin Komoé appelle à une transition "la plus douce possible"

RD CONGO : Trois militaires tués dans des affrontements de rebelle à Uvira