Voici ce qui a tué Hotété Bruno, le père de Max Gradel





voici-ce-qui-a-tue-hotete-bruno-le-pere-de-max-gradel



Hotété Bruno , le père biologique de l'international  ivoirien, Max Alain Gradel, est décédé le mardi 4 janvier, alors que son fils est en pleine préparation pour la Can 2021 qui débute dans quelques jours au Cameroun.  Selon les informations de source familiale, il aurait succombé à la covid-19. Et il  sera inhumé le samedi prochain, a-t-on appris. 
Pour rappel,  feu Hotété Bruno a expliqué, dans une interview accordée  à  Linfodrome que son fils a très bien assuré son héritage de footballeur de talent : « Oui, j’ai été footballeur, un sportif complet. Je pratiquais tous les sports. J’ai joué pour mon village et aussi pour l’armée. J’ai même été l’un des meilleurs joueurs de l’armée au 3ème bataillon. Je n’ai pas joué à la Soa, j’étais sous les drapeaux. On m’appelé, mais cause du football, on m’a maintenu dans l’armée, j’ai été libéré après les autres. J’étais parti pour faire deux ans, mais je crois que j’ai fait trois ans. Comme je ne voulais pas rester dans l’armée, je suis parti de là. Sinon, j’ai été l’un des meilleurs joueurs du 3ème bataillon. Dans mon village, j’ai d’abord été gardien de but avant d’être un joueur de champ. Je suis un sportif, donc mon fils ne s’est pas trompé. Il est le fils de son père » a-t-il indiqué.  
Cependant,  il a confié qu'il ne voulait pas vraiment que son fils soit un footballeur. Feu Hotété Bruno nourrissait l'ambition de voir son fils Max Alain Gradel devenir coûte que coûte un haut cadre du pays. Pour ce faire, il n’hésitait pas à lui donner souvent des leçons lorsqu’il revenait tardivement des parties de football.  Mais il a fini par accepter le choix opéré par son fils . Et il en était d'ailleurs très fier . 
« Je suis aux anges, je suis content, j’admire mon fils. Il est bon d’avoir un fils qui joue au football comme Max Gradel. Lui, il a réussi là-bas » a-t-il confié . 

Gael Zozoro 

En lecture en ce moment

Plus de 3 000 enfants et jeunes migrants enregistrés en Côte d’Ivoire selon Save The Children

Mariages, baptêmes, anniversaires : voici ce que les organisateurs doivent payer au BURIDA