Après les sanctions contre le Mali, la leçon de Oumou Sangaré à la CEDEAO : «Une famille ne doit pas affamer ses membres »





apres-les-sanctions-contre-le-mali-la-lecon-de-oumou-sangare-a-la-cedeao-une-famille-ne-doit-pas-affamer-ses-membres


Les sanctions prises dimanche par les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO contre le Mali continuent de faire des vagues. La cantatrice malienne Oumou Sangaré, qui, dans une déclaration, prédit des conséquences terribles sur les populations, supplie les chefs d’Etat à revenir sur ces sanctions.

Pour elle, la CEDEAO et l’UEMOA formant une grande famille, elles ne devraient pas affamer ses membres, mais les soutenir et les accompagner.

« Chers frères et sœurs de la CEDEAO et de l'UEMOA, moi Oumou Sangaré, je ne me mêle jamais de politique, ce n'est pas mon rôle mais aujourd’hui, nous sommes tous interpellés face aux décisions qui frappent gravement mon pays à savoir son blocage et son isolement total.

Cette situation m'amène à me prononcer publiquement en tant qu'Artiste et Ambassadrice de la FAO, mais aussi parce que j'ai toujours défendu les démunis.

L'heure est GRAVE !

Les décisions prises contre le Mali et les maliens auront des conséquences terribles sur les populations, et surtout sur les plus vulnérables.

La CEDEAO et L'UEMOA sont une même et grande famille. Une famille ne doit ni sanctionner, ni affamer ses membres mais les soutenir et les accompagner. Nous sommes au Mali, les populations souffrent et nous parlent. Donc, les conséquences des décisions prises par nos institutions sous régionales seront désastreuses.

Au nom des mamans maliennes, je supplie tous les Chefs d'Etat de la CEDEAO et de l'UEMOA de revenir sur ses sanctions.

Que la paix revienne au Mali et dans l’Afrique entière.

Je vous remercie ».

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Diplomatie ivoirienne : Madeleine Tchicaya, la première femme énarque de Côte d’Ivoire est décédée

Revue de presse du lundi 23 août 2021(vidéo)