Hervé Renard : '' le jour où les décideurs du football ivoirien aimeraient que je revienne, qu'ils me le fassent savoir ''





herve-renard-le-jour-ou-les-decideurs-du-football-ivoirien-aimeraient-que-je-revienne-quils-me-le-fassent-savoir


La récente élimination des Eléphants à la CAN 2021 a suscité beaucoup de tristesse chez Hervé Renard. L’ex-sélectionneur de la Côte d’Ivoire ne cache non plus son envie de revenir un jour sur le banc de touche des Pachydermes. « Le jour où les décideurs du football ivoirien  aimeraient que je revienne, qu’il me le fasse savoir », rappelle-t-il dans cet entretien.

Comment avez-vous vécu l’élimination prématurée de la Côte d’Ivoire à cette CAN  2021?

Lorsque que l’on a vécu tant d’émotions avec une nation, on éprouve toujours de la tristesse après une élimination aussi rapide. Qui plus est, lorsque des joueurs avec qui vous avez vécu de grands moments sont encore là.

Qu’est-ce qui a vraiment manqué à cette équipe pour briser le mythe égyptien ?

L’Egypte n’est jamais facile à battre. Carlos Queiroz est un entraîneur avec beaucoup d’expérience. Et il sait  bien attendre ses adversaires pour mieux les contrer. Je pense qu’il a, surtout,  manqué la force mentale aux Eléphants lors de l’épreuve des tirs au but.

Pensez-vous que cette équipe avait vraiment les arguments pour aller au bout de la CAN ?

Cette nouvelle génération d’Eléphants possède encore une fois d’innombrables talents. Sur le papier, c’est un des meilleurs effectifs d’Afrique. J’ai découvert de jeunes et nouveaux joueurs talentueux. Les anciens ont été égaux à eux mêmes. Après, il faut qu’une osmose se crée, qu’une force commune collective soit plus forte encore.

Etes-vous optimistes pour les échéances à venir?

La Côte d’Ivoire est l’un des pays de football les plus grands en Afrique. Elle sera toujours au top du football africain, grâce à son vivier exceptionnel de joueurs. Une élimination avant les quarts de finale est toujours douloureuse. Depuis 2006, la Côte d’Ivoire n’avait connu qu’une élimination avant les quarts de finale. C’était en 2017. Mais j’ai confiance en l’avenir de cette équipe.

Est-ce que  vous envisagez encore  un retour sur le banc des Éléphants?

Vous me posez une question difficile lorsque l’on est un entraîneur sous contrat. Mais, je vais répondre sans fuir à votre question. Tout en envoyant un message clair et précis. Le jour où les décideurs du football ivoirien  aimeraient que je revienne, qu’il me le fasse savoir. Ce sera un immense honneur de revenir un jour. Je suis parti avec un goût d’inachevé.

Parlons maintenant du dernier carré de la CAN. Quel est maintenant votre favori?

Comme je l’ai dit avant la compétition le Cameroun sera difficile à battre à domicile. Le Sénégal a des individualités de très haut niveau. Peut-être un Sénégal-Cameroun se sera la finale idéale. Mais une CAN ne se gagne pas qu’avec des individualités.

Comment jugez-vous le niveau de cette édition au Cameroun ?

Il y a des matches très disputés. Lorsque l’on connaît la CAN, ce sont des matches très difficiles. Il faut un groupe de compétiteurs. Les quelques incidents survenus pendant cette CAN ne donnent pas, vu de l’extérieur, une bonne image de l’Afrique. Cela m’attriste car j’aime cette compétition et ce continent.

Supersport 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Présidentielle en Côte d’Ivoire : un scrutin sous tension

Décès de Koffi Kouadio Jules dit Dino Zoff, ex-portier de l’Asec Mimosas