Maladie de Basedow : Dr Albert Pitté ( Dg Laboratoire Longchamp) plaide pour une prise en charge coordonnée





maladie-de-basedow-dr-albert-pitte-dg-laboratoire-longchamp-plaide-pour-une-prise-en-charge-coordonnee


 La 4ème  édition « des matinales de la biologie médicale » s’est déroulée ce  jeudi 21 avril 2022 à Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire à Cocody. Organisée par le laboratoire Longchamp, cette édition avait pour thème : Diagnostic et prise en charge de la maladie de Basedow en pratique clinique. Pour Dr Albert Pitté, Directeur Général de la pharmacie et laboratoire Longchamp il faut une coordination des actions au niveau africain  pour soigner les patients de la maladie de Basedow. « Nous voulons réfléchir avec les experts internationaux et les sociétés savantes quant à la prise en charge concrète des malades  de Basedow. Car cette maladie est la cause la plus fréquente des hyperthyroïdies et la plus invalidante. Pourtant Il est établi que la symphonie des procédés cliniques  et biologiques permet aux médecins de poser de bons diagnostics afin de sauver la vie des malades. Et éviter des dépenses excessives aux patients.  Nous croyons fermement que si le diagnostic est bien posé avec un bon traitement mis en place  et un suivi ; les malades seront guéris. C’est ce message que nous voulons véhiculer à travers cette activité », a déclaré Dr Albert Pitté.  Et de poursuivre : « En organisant cette 4ème  édition des matinales de la biologie médicale, nous voulons être en avant-garde du symposium de la Société Africaine d’Endocrinologie Métabolisme et Nutrition qui se tiendra les 19 et 20 mai à Abidjan. Nous voulons parler d’une même voix pour obtenir un consensus général sur la prise en charge de la maladie de Basedow. Nous voulons que le procédé de traitement de la maladie de Basedow soit le même partout en Afrique. Cela passe nécessairement par une harmonisation de la prescription des ordonnances pour les examens de laboratoires et les examens cliniques», a souhaité Dr Albert Pitté, Directeur Général de la pharmacie et laboratoire Longchamp. Le Professeur  Jacko Abodo chef du service d’endocrinologie, diabétologie, nutrition au Chu de Yopougon et à l’hôpital militaire d’Abidjan (Hma) a indiqué que la maladie de Basedow est plus fréquente chez les femmes. « C’est une maladie auto-immune, c’est-à-dire que l’organisme produit des anticorps dirigés contre ses propres organes et en l’occurrence contre la thyroïde. Les malades   sont pour la plupart des femmes de 30 à 40 ans. Les patientes manifestent des tremblements, des palpitations, un amaigrissement et peuvent avoir une profusion des globes oculaires (une sortie des yeux des orbites). Celles qui présentent ces signes doivent rapidement consulter un spécialiste, un médecin endocrinologue pour l’établissement d’un diagnostic précis en vue d’un traitement et un suivi », a indiqué le Pr Abodo. Avant de parler des facteurs de risque : « La consommation de l’alcool, du tabac et surtout le stress sont des facteurs de risque de cette pathologie. Chez la femme, les facteurs sont hormonaux également ». Relativement au nombre de malades et la durée du traitement, le Pr Abodo affirme : « Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, la prévalence se située autour de 1% de façon générale. Le traitement peut prendre deux ans pour espérer la guérison avec des conséquences sur la qualité de vie de l’individu car le traitement est coûteux », a avoué le Pr Jacko Abodo.  Et de conclure : « la maladie de Basedow fait partie du groupe des pathologies de la thyroïde qui sont relativement fréquentes.  Elle représente pratiquement le 1/3 des cas de pathologies liées à la thyroïde avec les goitres, les hypersécrétions des hormones et les hyposécrétions des hormones thyroïdiennes ».

 Rappelons que le laboratoire Longchamp est le premier laboratoire privé de biologie médicale accrédité en Côte d’Ivoire et le 2ème en Afrique.

 

GZ avec Sercom 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Situation sociopolitique : "la CEDEAO se trompe une fois de plus ... (les candidats Bédié et Affi)

Réformes dans l’enseignement Catholique : les syndicats séduits par le projet